TechTarget

Routeurs chinois : Jean-Marie Bockel implique l’ANSSI

La polémique ouverte par Jean-Marie Bockel, autour de la confiance dans les routeurs de coeur de réseau des équipementiers chinois, semble loin d'être refermée. Pour justifier sa "conviction", le sénateur a affirmé, lors d'un point presse, s'être notamment appuyé sur l'expertise de l'Anssi.

Jean-Marie Bockel, aux Assises de la Sécurité.

Interrogé par des journalistes lors d’un point presse organisé à l’occasion des Assises de la Sécurité, qui s’achèvent aujourd’hui à Monaco, Jean-Marie Bockel a réaffirmé ses conclusions controversées sur les routeurs de coeur de réseau chinois. Tout en entrouvrant la porte. Le sénateur a ainsi bien volontiers admis ne pas avoir auditionné Huawei et ZTE, soulignant qu’il allait rencontrer le premier. Certes, il «reste sur [sa] position» mais celle-ci «n’est pas figée ». Et d’expliquer que cette position «vise aussi à créer le débat et même à [ouvrir] un vrai dialogue qui permettrait peut-être d’aller vers d’autres issues qu’un couperet ». Mais... «vous savez bien que pour cela, il faut parfois mettre les pieds dans le plat ».

Aveu d’une polémique calculée ou élégante pirouette ? Difficile de trancher même si Jean-Marie Bockel se défend vigoureusement de tout protectionniste, se disant «plutôt libéral», et de longue date, «même lorsqu'il était au parti socialiste ». Et d’assurer avoir même «résisté avant de [se] laisser convaincre qu’il fallait dire» ce qu’il a écrit dans son rapport parlementaire, suggérant d’interdire l’utilisation des routeurs de coeur de réseau chinois. Mais avec quels éléments, justement, le sénateur s’est-il «laisser convaincre» ? Revendiquant une «totale» indépendance, il souligne avoir consulté de manière «approfondie» des experts. Y compris l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (Anssi).

Assurant ne pas vouloir la «mettre en difficulté par [ses] propos», il explique «avoir passé des heures et des heures» avec l’Anssi, à examiner «presque ligne par ligne» le rapport parlementaire, avant sa publication, «pour aller au fond des choses : [...] les gens de l’Anssi m’ont tout expliqué, nous avons fait des tests ensemble ». Sa conviction, sur les routeurs de coeur de réseau chinois, il explique donc l’avoir acquise «à partir des éléments précis, techniques, évidemment vulgarisés pour moi» apportés par l’Agence. Non, le sénateur ne lui a pas fait analyser le code logiciel de ces routeurs - «je ne leur ai rien fait faire », précise-t-il - mais «ils m’ont dit que, eux, avaient suffisamment expertisé les routeurs de coeur de réseau pour avoir acquis cette conviction, et ils ne sont pas les seuls ».

PRO+

Contenu premium

Accéder à plus de contenu PRO+ ainsi qu'à d'autres offres réservées aux membres.

0 commentaire

Le plus ancien 

Mot de passe oublié ?

Pas de problème ! Merci d'entrer votre adresse e-mail ci-dessous. Nous vous enverrons un email contenant votre mot de passe.

Votre mot de passe a été envoyé à :

- ANNONCES GOOGLE

Close