Actualites

Le rachat de Desktone par VMware donne un nouveau souffle au DaaS

Valéry Marchive

Annoncé à l’occasion de la récente édition européenne de VMworld, le rachat de Desktone réduit la concurrence pour WMare mais ouvre surtout aux partenaires du spécialiste du poste de travail en mode service (DaaS) une vaste base installée et jète un éclairage nouveau, renforcé, sur le DaaS.

Combiner la plateforme de Desktone avec VMware Horizon View va donner une nouvelle option aux « organisations qui cherchent un modèle économique prévisible, la flexibilité du déploiement en mode Cloud ou bien de quoi déployer une infrastructure VDI malgré des ressources et une expertise internes limitées, » estime Sanjay Poonen, Vice-Président exécutif et Directeur général de VMware en charge de l’informatique pour les utilisateurs finaux.

Desktone compte parmi les premiers fournisseurs de DaaS. Il héberge des postes de travail virtuels en mode Cloud et permet ainsi d’éviter la complexité et les coûts d’une infrastructure VDI déployée en interne. De grands fournisseurs tels que Citrix ou, en France, Orange Business Services, ont sauté dans le train du DaaS précédemment. Mais VMware ne disposait pas d’offre concurrente jusqu’à ce qu’il ne dévoile sa stratégie DaaS en août dernier.

Les obervateurs se sont demandés si cela n’allait d’ailleurs pas conduire VMware à entrer en concurrence de partenaires tels que… Desktone. Mais son rachat était déjà en cours de préparation à ce stade. « Il n’est pas question d’aller concurrencer nos partenaires, » a

L'accès à ce contenu nécessite un abonnement gratuit

En soumettant vos informations d'enregistrement à LeMagIT.fr vous acceptez de recevoir des communications par courriel de TechTarget et de ses partenaires. Nous vous encourageons à lire notre Politique de confidentialité qui contient des données importantes sur la façon dont nous recueillons et utilisons votre inscription et d'autres informations. Si vous résidez hors des États-Unis, en soumettant ces informations d'inscription, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux États-Unis. Vous pouvez nous contacter à webmaster@TechTarget.com.

souligné Erik Frieberg, porte-parole de VMware. VMware va proposer des services DaaS en s’appuyant sur son service vCloud Hybrid Service et continuera de travailler avec des prestataires de services tiers. Desktone continuera d’exister en tant qu’entité indépendante, au moins pour l’instant.

VMware : la dernière pièce du puzzle du DaaS ?

Les petites entreprises ont été les plus susceptibles de déployer des postes de travail en mode Cloud parce que leur division IT préfère qu’un prestataire en assure le contrôle. Pour les grandes entreprises, le DaaS n’a pas fait la démonstration d’avantages supérieurs aux risques qu’ils perçoivent, tout particulièrement en matière de sécurité. Mais l’arrivée d’acteurs solides sur le terrain du DaaS pourrait les convaincre de s’y intéresser.

« A chaque fois qu’un fournisseur tel que VMware, bien respecté, décide de mettre un pied sur un nouveau marché, cela valide le marché, » explique Dan Deauregard, directeur sénior Alliances stratégiques de GreenBytes, fournisseur de solutions de virtualisation des postes de travail. « Cela montre que le DaaS est désormais très pertinent, » ajoute-t-il.

Intéresser les clients existants de VMware au DaaS aura également un effet très positif sur ce marché, estime Zeus Kerravala, analyste principal chez ZK Research, un cabinet de conseil IT installé à Westminster, au Massachusetts. « Si vous êtes un gros client VMware et qu’ils vous proposent cette offre, vous avez plus de chances de vouloir l’étudier que s’il s’agissait d’un autre fournisseur DaaS, » relève-t-il. « Mais c'est le DaaS qui sera le grand gagnant en définitive. »

Cette acquisition fournit également à VMware plus d’options sur la manière d’approcher le DaaS, explique Gunnar Berger, analyste chez Gartner. Le DaaS présente en outre un potentiel plus important que le VDI traditionnel, parce que la possibilité de confier l’administration de l’environnement à un tiers et de payer à l’abonnement plaît à un grand nombre d’organisations. « VDI va devenir un terme dépassé, » estime-t-il. « Le futur est au Desktop as a Service, ou Windows as a Service. La question sera ‘vous le voulez en local ou en mode hybride?’ Et, honnêtement, le VDI ne perdrait pas grand chose à être renommé. »

Ce que cela signifie pour les partenaires de Desktone

Des fournisseurs tels que Dell et IBM proposent des produits DaaS construits sur les solutions de Desktone. Mais l’acquisition n’affectera pas les relations de Desktone avec les fournisseurs de services, explique Freiberg. Pas question, donc, d’abandonner les partenaires et les clients de Desktone.

GreenBytes s’est récemment associé à Desktone pour proposer une appliance à déployer en local et qui fournit des postes de travail en mode Cloud. L’acquisition est synonyme de plus de clients et de la possibilité de passer d’un fournisseur de matériel à un fournisseur de logiciel, selon Beauregard, qui gère la relation avec Desktone. « En faisant partie de VMware, Desktone peut toucher un marché bien plus vaste, » relève-t-il, se voyant également « jouer une marché plus large. »

A court terme, donc, les partenaires de Desktone devraient pouvoir profiter d’une clientèle potentielle plus vaste. Mais à plus long terme, les choses pourraient se compliquer. Kerravala relève la tendance de VMware à aimer contrôler ses clients mais également son écosystème de partenaires plus étendu que celui de Desktone. Ses partenaires pourraient alors se découvrir de nouveaux concurrents. « On a connu VMware pour devenir très concurrent de certains de ses partenaires, » souligne Kerravala.

L’acquisition de Desktone par VMware a été finalisée plus tôt courant octobre et les modalités financière de l’opération n’ont pas été communiquées.

Adapté de l’anglais par la rédaction


Réagir à cet article Commentaire

Partager
Commentaires

    Résultats

    Participez à la discussion

    Tous les champs sont obligatoires. Les commentaires apparaîtront sous l'article.