fotogestoeber - Fotolia

Quand les stars déchues du web deviennent un risque majeur...

Moribonds ou presque, de nombreux services à la gloire passée désormais bien lointaine continuent d’héberger d’importants volumes de données personnelles. Des données plus menacées que jamais.

Qui se souvient des heures de gloire de MySpace ou encore de Yahoo ? Les années où ces services engrangeaient des milliers d'utilisateurs par jour et où leurs plateformes étaient incontournables pour toutes opération marketing d'ampleur ? Mais cette époque est aujourd'hui révolue, et quand Myspace ou Yahoo font la une, c'est principalement pour des problèmes de cybersécurité !

Yahoo, une fois de plus...

Yahoo a encore très récemment communiqué à ses utilisateurs que leurs comptes pouvaient avoir été victimes d'une attaque... Une fois de plus Yahoo parle d'acteurs étatiques, mais est-ce vraiment le cas ? Aucune preuve n'est apportée pour appuyer ce point. Utiliser cet argument est une stratégie de communication assez efficace pour expliquer que rien ne pouvait être fait pour empêcher cette attaque. Une troisième alerte grave en 6 mois, cela commence à faire beaucoup, voir beaucoup trop pour garder la confiance des utilisateurs... Et même si le rachat par Verizon ne semble pas remis en cause, le prix d'acquisition a (trop légèrement) chuté.

Au-delà de cet énième cas Yahoo, cet incident met en lumière un risque latent que représentent les stars déchues du web pour la sécurité de leurs utilisateurs.

...mais un risque industriel à l'échelle du web

En effet, beaucoup de structures, pas uniquement Yahoo ou Myspace, historiquement leaders de leur marché, traversent des difficultés financières importantes. Elles n'ont plus les moyens d'investir suffisamment pour résister face à une menace en croissance, aussi bien en équipements de sécurité que dans des équipes pointues pour surveiller le SI et réagir si des attaquants y pénètrent.

En regard, les utilisateurs ne pensent jamais à fermer leurs comptes, à supprimer leurs données, à changer leurs questions secrètes... Et les sociétés en question ne vont certainement pas le faire, leur base d'utilisateurs restant souvent leurs derniers actifs avec de la valeur.

Alors, comme lors du dépôt de bilan d'une entreprise industrielle où des frais de dépollution devraient être prévus, des opérations similaires pourraient-elles être envisagés dans le cyberespace ? En particulier lorsque le risque de vol de données ou d'atteintes à la vie privée devient particulièrement important.

Une réponse réglementaire ?

Le règlement européen sur la protection des données (GDPR) et son droit à l'effacement sont une partie de la une solution à cette problématique. Il précise clairement les obligations des responsables de traitements lors d'une action volontaire des utilisateurs ou de l'expiration des délais de conservation. Mais encore faut-il que la structure existe, qu'elle ait les moyens de le faire et que la sanction reste significative pour elle.

Peut-être qu'une réglementation plus stricte devrait alors voir le jour et permettre un droit d'intervention manu-militari ? Même si cela peut paraître une bonne idée de prime abord, il ne faut pas négliger les risques d'ingérence. Mais il faut avoir en tête que cette action est techniquement très complexe et pas évidente à réaliser avec un bon degré de certitude vu la complexité des systèmes d'informations.

Avant que les états ne réagissent, n'oublions pas que notre passé numérique est certainement stocké en beaucoup plus d'endroits que nous ne le pensons... N’hésitons pas à faire un peu de ménage, le printemps arrive bientôt !

Dernièure mise à jour de cet article : février 2017

PRO+

Contenu premium

Accéder à plus de contenu PRO+ ainsi qu'à d'autres offres réservées aux membres.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

En soumettant ces informations à LeMagIT.fr, vous acceptez de recevoir des emails de TechTarget et ses partenaires. Si vous résidez hors des Etats-Unis, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux Etats-Unis. Politique de confidentialité

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close