IBM Think : IBM confronte Debater à un humain dans un débat en direct

A l’occasion d’IBM Think, IBM fait la démonstration en direct de son projet d’intelligence artificielle Debater en le faisant débattre avec un spécialiste humain.

En préambule à la conférence IBM Think 2019, qui démarre ce mardi à San Francisco, Big Blue a tenu à marquer ce jour d’une pierre blanche en mettant en situation réelle son grand projet de recherche en intelligence artificielle, Project Debater. Objectif : confronter un spécialiste reconnu du débat, Harish Natarajan (à la tête des activités Economics Risk de AKE International),  à ce système lors d’un débat en direct sur le thème du subventionnement des écoles maternelles. La machine, conçue pour exploiter l’AI lors de débats avec les humains, devait alors apporter les arguments en faveur du subventionnement.

Debater est un projet issu des laboratoires de recherche d’IBM (IBM Research Lab), implantés à Haifa en Israël, dont les équipes ont passé 6 ans à peaufiner la technologie. Debater apparait comme une vitrine des travaux de Big Blue en matière d’intelligence artificielle, mais ne constitue pas le premier projet d’AI qui scénarise le rapport humain contre AI. On se rappelle du puissant Deep Blue, toujours chez IBM, qui avait battu un joueur d’échec très expérimenté, puis de la victoire de Watson dans le jeu télévisuel Jeopardy.

Debater reprend ainsi le flambeau mais pour le porter sur des terres encore peu exploitées, soutient Dario Gil, directeur d’IBM Research. Il s’agit là « de créer une AI capable de maîtriser les spécificités extrêmement complexes du langage humain », qui selon lui, représente le reflet de la pensée.

Ce débat en live s’articule autour de 2 phases d’argumentation de 4 minutes chacune, prononcées par les deux parties, puis d’une phase de conclusion de 2 minutes. Chacune des deux parties disposait de 15 minutes préparatoires en amont du débat, mais Debater, lui, peut surtout se reposer sur une très volumineuse base de connaissances de 10 milliards de phrases qui lui ont été injectées à partir d’articles de presse ou de revues scientifiques.

Debater a été entrainé à utiliser l’intelligence artificielle ainsi que des composants de reconnaissance automatique du langage naturel (Natural Langage Processing) – dans ce cas ceux de Watson. Celui-ci sert ici d’interface concrète dans ses interactions avec l’audience.

Articuler un discours

Le système est capable de construire des phrases cohérentes et originales à partir des informations qu'il a analysées, en réaction aux discours précédemment prononcés. Pour s’immiscer dans un contexte de débat, les chercheurs d’IBM ont entrainé le système à certains des principes de la rhétorique. La rédaction a pu constater que les arguments fournis par Debater peuvent être la fois factuels et émotionnels. Un dernier point que John Donvan, modérateur du débat (et modérateur pour l’Intelligence Squared US, dont la spécialité est les débats publics aux Etats-Unis), n’a pas manqué de relever, qualifiant la voie féminine de Debater « étonnement charmante et ressemblant à une voie humaine ».

Techniquement, le système a compilé et regroupé les réponses de manière autonome, puis les a utilisées pour créer deux discours : un en faveur de la question et l'autre contre celle-ci, a expliqué en substance Noam Slonim, qui travaille sur le projet Debater. Il ajoute que l’une des plus grandes difficultés est de faire en sorte que la machine garde le cap dans son argumentation – et ne bascule pas vers une argumentation contraire.

Si ce test grandeur nature constitue une aubaine marketing et de communication pour IBM, Debater n’en est actuellement qu’à ses débuts, a tenu à rappeler Noam Slonim, dont les travaux portent également à porter ce projet vers d’autres cas d’usage. Faciliter les débats publics, améliorer la compréhension de grands thèmes de sociétés sont des utilisations qui ont été mentionnés lors de cet événement. Dario Gil, le patron des labos d’IBM y voit un moyen d’améliorer encore plus les prises de décisions y compris dans les entreprises.

« Ce qui m'a vraiment frappé, c'est la valeur d'IBM Debater lorsqu'il est associé à un être humain », commente à son tour Harish Nataraja, une fois le débat terminé. Et de conclure très pragmatiquement : « il a la capacité de creuser dans des montagnes d'informations et d'offrir un contexte utile. » Selon les résultats d’un sondage réalisé en live pendant ce débat, avec son argumentation, Debater aurait en effet permis d’enrichir les connaissances de chacun.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close