PRO+ Contenu Premium/Information Sécurité

Merci pour votre inscription !
Accédez au contenu Pro+ ci-dessous.
Mars 2019

Les messageries électroniques, vecteurs de tant de cybermenaces

Oui, le hameçonnage se porte bien. Plus de la moitié des sondés d’une étude conduite par l’institut Ponemon avec Yubico ont indiqué avoir victime d’une telle opération dans leur vie personnelle, contre 44 % dans leur environnement professionnel. Pour expliquer l’efficacité du hameçonnage, il y a peut-être d’abord une question de sensibilisation. Selon Proofpoint, la connaissance du concept de phishing apparaît plutôt bonne en France : 65 % des personnes interrogées dans le cadre de l’édition 2019 de son étude sur l’état du hameçonnage semblent connaître le sujet. Mais le taux tombe à 40 % pour le ransomware. Dommage, car il est plus que fréquent qu’un tel maliciel soit distribué par le même vecteur : le courrier électronique. Mais le phishing peut aussi passer par les messages texte, les SMS. Et là, le concept, dit smishing, n’apparaît connu que de 39 % des sondés dans l’Hexagone. Quant au vishing – pratique basée sur un appel vocal –, le niveau de sensibilisation tombe à 15 %. Personne n’est à l’abri Et que l’on ne s’y trompe ...

A lire Dans ce numéro

- ANNONCES GOOGLE

Close