Affaire Prism : Snowden a semé des archives cryptées

Un nouveau Wikileaks ? En tout cas, Edward Snowden, le sous-traitant de la NSA qui a dévoilé les écoutes à grande échelle menées par l'agence de renseignement américaine, semble s'être inspiré de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks réfugié depuis un an dans l'ambassade d'Equateur à Londres.

Un nouveau Wikileaks ? En tout cas, Edward Snowden, le sous-traitant de la NSA qui a dévoilé les écoutes à grande échelle menées par l'agence de renseignement américaine, semble s'être inspiré de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks réfugié depuis un an dans l'ambassade d'Equateur à Londres. 

Si l'on ne connaît pas encore le point de chute définitif du nouveau "whistleblower" (lanceur d'alerte) aujourd'hui réfugié en Russie, on sait déjà que Edward Snowden a utilisé une technique jadis employée par Assange : la dissémination des informations confidentielles collectées à plusieurs personnes afin de s'assurer que les données soient bien rendues publiques. Green Greenwald, le journaliste du Guardian qui le premier a publié les révélations de Snowden, confirme, dans une interview au Daily Beast, que l'informaticien a envoyé des copies cryptées des milliers de documents qu'il a soutirés à la NSA à plusieurs personnes. 

Si quelque chose arrivait à Edward Snowden - actuellement sous la menace d'une demande d'extradition envoyée à Moscou par les Etats-Unis -, les personnes détenant ces archives auraient alors accès aux documents, explique Greenwald sans préciser toutefois le mécanisme imaginé par l'ex-administrateur système de la NSA. Dans un chat organisé par le Guardian le 17 juin, Edward Snowden avait lancé : "Tout ce que je peux dire aujourd'hui, c'est que le gouvernement américain ne pourra pas étouffer l'affaire en me mettant en prison ou en m'assassinant."

Pour approfondir sur Gestion de la sécurité

- ANNONCES GOOGLE

Close