Anssi : trop d’organisations ignorent les alertes qui leur sont adressées

Entendu à huis clos début juin par la Commission de la défense nationale et des forces armées, le patron de l’Anssi a déploré le manque de réactivité de ceux à qui l’agence a signalé qu’ils étaient affectés par une vulnérabilité critique.
Pour Guillaume Poupard, « il est inacceptable que des gens auxquels on dit : “vous êtes assis sur une bombe” ne traitent pas la question ». C’est là que le patron de l’Anssi déplore de ne pas disposer d’un pouvoir d’injonction : « notre homologue américain dispose d’un pouvoir d’injonction, récemment durci ; quand une faille du type de celle qui a affecté Microsoft Exchange est détectée, il écrit à toutes les agences fédérales en leur donnant 48 heures pour les corriger, après quoi la sanction tombe ».

> Lire l'article de Valéry Marchive

Close