La CNIL s'oppose aux portes dérobées

Pour la présidente de la CNIL, "mettre des backdoors conduirait dans le fond à offrir a priori une sorte de laissez-passer aux autorités publiques à tous les systèmes informatiques. Mais on sait bien que ce genre de laissez-passer peut être utilisé à d'autres fins, y compris par d'autres. Par conséquent, ce serait une fragilisation de la sécurité informatique en général. Le préjudice serait certainement plus important que le bénéfice immédiat sur un cas en particulier."

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close