#NotPetya : quand la cyberassurance montre ses limites

L’assureur américain de Mondelez ne souhaite pas indemniser les dégâts liés à l’incident de ransomware qui a fait d’importants ravages courant 2017. Car selon lui, il s’agit d’un épisode comparable à un acte de guerre.

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close