La seconde en trop : un ajustement de l’horloge atomique provoque des pannes dans le monde

L’ajout de la seconde intercalaire par les expert de l’IERS a provoqué la plantage de nombreux serveurs et de services en ligne, visiblement non préparés à ce genre d’opération. Mozilla, LindkedIn et Foursquare sont parmi les sites affectés.

Il est des secondes qui comptent plus que d’autres. Ce week-end, dans la nuit de samedi à dimanche, une opération d’ajustement du temps de l’horloge atomique a provoqué le plantage de nombreux sites Web, ont révélé nos confrères de Wired, dans leur édition du 1er juillet.

Cette opération, opérée par les spécialistes de l'International Earth Rotation and Reference System Service (Service international de la rotation terrestre et des systèmes de référence - IERS), vise à aligner le temps universel coordonné (UTC) sur le Temps Universel (TU) défini par la rotation de la terre. Cet organisme décide ainsi si oui ou non il est nécessaire d’ajouter une seconde intercalaire afin de compenser le ralentissement de la rotation de la terre.

Si théoriquement, les serveurs du monde entier sont censés automatiquement prendre en compte cette modification de l’horloge atomique via le protocole NTP (Network Time Protocol - qui permet de synchroniser l’horloge locale des serveurs avec cette horloge atomique), certaines infrastructures informatiques n’étaient visiblement pas préparées à cette seconde supplémentaire. La seconde de trop. Wired évoque presque une hécatombe chez certains ténors du Web.

Mozilla par exemple évoque des interruptions d’applications Java, citant Hadoop ou encore ElasticSearch. «Nous pensons que cela est lié aux opérations d’ajout de la seconde intercalaire car cela est prévue à minuit», écrit Eric Ziegenhorn, un ingénieur de la société, sur le site Bugzilla.

400 vols retardés chez Qantas

L’agrégateur Reddit rapporte des pannes sur Cassandra (base de données NoSQL) et Java dans un post sur Twitter, tout comme le réseau social à vocation professionnelle LinkedIn. Linux lui-même aurait vacillé face à cette modification, comme en témoigne le site serverfault.com, qui indique que Debian aurait hoqueté. «Pas de réponse au Ping, écran noir». StumbleUpon, Gawker et Foursquare ont eux aussi été victimes, souligne encore Wired.

Pour la compagnie aérienne australienne Qantas, ce bug de la seconde prend des allures de scénario catastrophe, rapporte le quotidien britannique The Guardian . A l’image d’un retour de bug de l’an 2000, la mise à jour de l’horloge atomique a provoqué une panne du système de réservation en ligne Amadeus pendant deux heures. Forçant le personnel au sol de la compagnie à enregistrer les passagers à la main. Résultat : 400 vols retardés.

En complément :
En Allemagne, le "bug de l'an 2000" frappe les cartes bancaires avec 10 ans de retard

Pour approfondir sur Authentification et signature électronique

- ANNONCES GOOGLE

Close