Syntec vent debout contre l’amendement à la réforme de la taxe professionnelle

Les patrons sont vent debout contre un amendement UMP à la réforme de la taxe professionnelle, adopté mercredi en commission des Finances.

Les patrons sont vent debout contre un amendement UMP à la réforme de la taxe professionnelle, adopté mercredi en commission des Finances. La fédération Syntec n’est pas en reste : elle affirme que son adoption définitive aurait « un effet absolument désastreux sur la pérennité des PME, notamment dans les secteurs de l’informatique et l’édition de logiciels, de l’ingénierie et du conseil, secteurs à forte valeur ajoutée et générateurs d’emplois qualifiés. »

Le texte prévoit que les entreprises devront acquitter la nouvelle cotisation complémentaire sur la valeur ajoutée – remplaçante de la taxe professionnelle - à partir de 152 000 euros de chiffre d'affaires, et non plus de 500 000 € comme prévu initialement par le gouvernement suite aux engagements pris par Nicolas Sarkozy. Nombre de députés – y compris UMP – sont également élus locaux et le changement d’assiette fiscale leur fait craindre pour les ressources de leurs collectivités territoriales. A l'unisson du Medef – qui ce matin parlait d’une provocation –, la fédération Syntec « demande instamment aux députés de rejeter cet amendement qui mettrait en péril l’équilibre financier des PME, voire leur existence. »

En juillet, alors que les premiers travaux sur la réforme de la taxe professionnelle était connus, Syntec s’était déjà inquiété de la création d’une cotisation sur la valeur ajoutée touchant les PME.

Pour approfondir sur Législation

Close