Linxter envoie l'ESB dans les nuages

En publiant la version 1.0 de son Internet Service Bus, Linxter a poussé le middleware et l'ESB vers le Cloud Computing. Premier du genre, le concept devrait rapidement gagner les développeurs.

Au 13 avril dernier, ce fut au tour de l'ESB (Entreprise Service Bus) de monter dans les nuages. La jeune start-up Linxter, couvée par le programme d'aide BizSpark de Microsoft, a sortie la version 1.0 de son concept de middleware à la sauce Cloud Computing. Permettant ainsi à la SOA de mettre un pied dans les nuages et de muer, comme le prévoit Gartner.

Le principe est relativement simple. Il s'agit de décloisonner les mécanismes liés à l'envoi, à la gestion et à la sécurisation des messages – les rouages d'un bus d'entreprises – pour les exposer sur Internet. On parle alors d'Internet Service Bus par analogie à Entreprise service Bus (ESB) pour définir ce concept de middleware orienté message que l'on distribue via le Cloud Computing.

Linxter explique que cet ISB doit notamment soulager les développeurs de problèmes de « plomberie » lié au routage des messages et à la complexité du code dans une infrastructure inter-applicative. L'internet Service Bus prend en charge la couche de communications – le liant entre applications - et expose sur Internet des services que d'autres applications pourront venir consommer facilement grâce à Linxter.

Pour cela, la plateforme fournit trois composants : l'ISB – le coeur de Linxter – qui constitue l'épine dorsale de l'infrastructure et permet de traiter les messages entre les applications reliées par Linxter ; un SDK (Software Developement Kit) qui renferme le code nécessaire à l'intégration des applications sur l'ISB; et enfin Web Manager, une console d'administration et de gestion des identités. Pour l'heure, seul les technologies .Net – Microsoft oblige – sont supportées dans le SDK, mais Linxter explique que sa plate-forme devrait s'ouvrir à REST, Java et bien d'autres encore.

Relier les applications en milieu hétérogène

Steve Sfartz, architecte en systèmes d'information chez Microsoft France, définissait -à l'occasion des TechDays 2008 - un ISB comme étant « une infrastructure dans les nuages, une fabrique qui interconnecte les applications distribuées, ouverte à tous mais avec des règles de sécurité et uui propose des services d'identification des utilisateurs et de gestion des échanges de messages ».
Notons que Microsoft travaille également à un Internet Service Bus qu'il intègrera sous le nom de Biztalk Services.
Steve Sfartz explique qu'aujourd'hui, « l'enjeu est de  rendre consommable un ensemble de services en reliant dans les nuages les différents systèmes hétérogènes, des entreprises, des partenaires, des clients ». Poussé notamment par la multiplication des supports mobiles et d'un Internet des objets qui promet de relier entre eux, grâce à ces technologies RFID, toute sorte d'objets connectés.

Cela constitue également un enjeu pour les entreprises. « Aujourd'hui, quand je développe un service, c'est pour un certain type d'utilisateur. Si je décide par exemple d'ouvrir un service dédié au département des RH au CE de l'entreprise, il va falloir que je développe des ponts qui n'ont pas été prévus. Il faut donc définir des règles de visibilités supplémentaires ».
Cette contrainte s'efface avec des ISB comme Linxter. Ce dernier constitue ainsi le ciment qui vient lier, dans le nuage, les applications de partenaires via un accès sécurisé aux services exposés sur l'ISB. Les services peuvent ainsi être consommés et les applications interconnectées.

Côté tarification, Linxter facture au nombre et à la taille des messages utilisés dans les transactions. La société a mis en place un outil de calcul. Il prétend que le coût d'une message correspond à une fraction d'un tarif de SMS.

A lire aussi

Le BPM dans le nuage apparaît dans le ciel français

Pour approfondir sur Architectures logicielles (SOA)

- ANNONCES GOOGLE

Close