Le CERN Openlab et RackSpace travaillent à une architecture de référence de fédération de clouds

RackSpace signe un partenariat d’un an avec le CERN Openlab autour de la création d’une architecture de référence OpenStack portant sur la fédération de cloud.

CERN Openlab, une initiative née d’un partenariat public - privé entre le CERN, l’organisation européenne pour la recherche nucléaire, et des industriels du secteur de l'IT, a annoncé avoir lancé une collaboration avec RackSpace sur une la définition et la mise en oeuvre d'une architecture de référence ainsi que sur un modèle opérationnel pour la mise en place de services de cloud fédérés. Le spécialiste de l’infrastructure de Cloud américain, co-fondateur d’OpenStack, devient à l'occasion membre du CERN Openlab en tant que contributeur.  HP, Intel, Siemens, Huawei et Oracle sont cités comme étant les partenaires d’Openlab

RackSpace s’est  engagé à participer pendant un an aux efforts d'Openlab pour créer une architecture pour des services de cloud hybrides entre son propre service de cloud privé, ses clouds publics et enfin les implémentations d’OpenStack déjà en place au CERN. 

L’Américain et le CERN ne sont en effet pas des étrangers. RackSpace a collaboré avec l’institution de recherche dans le passé autour de méthodes de transfert de workloads vers son cloud public. Cette collaboration étendue doit permettre aux deux partenaires de fédérer les services managés en place au CERN avec les environnements de cloud privé et public de RackSpace pour au final développer une technologie de fédération de clouds. 

Via ce nouvel accord, la plate-forme de cloud privé de l’Américain sera déployée sur les serveurs que le CERN utilise en production pour ses expérimentations scientifiques. RackSpace épaulera également le CERN afin de l'aider à optimiser ces services de cloud hybride. 

Les ingénieurs et les physiciens du CERN utilisent des technologies ainsi que des méthodes scientifiques poussées pour pour faire avancer notre compréhension de l’univers. 

Les scientifiques mènent des expérimentations novatrices pour étudier les éléments basiques de la matière : les particules fondamentales. Avec l’un des plus puissants accélérateurs de particules au monde, le LHC (Large Hadron Collider), le CERN génère plus de 25 petaoctets de données par an. 

L'accord signé entre le centre de recherche et RackSpace s’appuiera également sur un existant autour d’OpenStack. Le CERN a déjà déployé un cloud privé basé sur cette technologie pour résoudre ses problématiques liées à la gestion des Big Data. Il utilise ainsi le framework Open Source pour gérer les ressources réparties entre les deux datacenters qui motorisent l’accélérateur de particules

Le centre de recherche est historiquement un promoteur des technologies Open Source. Son concept de logiciel  World Wide Web est dans le domaine public depuis 1993. On le sait également utilisateur de MongoDB pour unifier ses accès aux données. 

«Nous venons juste de célébrer le 20e anniversaire de la publication par le CERN du World Wide Web. Nous décelons une grande valeur dans les technologies Open Source comme OpenStack. Elles encouragent les améliorations en continu via les contributions de la communauté, tout en nous donnant la capacité de répondre à nos besoins, comme à celui du scaling massif», affirme Tim Bell, en charge des infrastructures au département IT du CERN. Il conclut : « Ce partenariat avec un fournisseur de cloud va permettre au CERN d’accélérer son innovation en se basant sur un cloud hybride OpenStack.»   

Traduit et adapté de l’anglais par la rédaction

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close