Cet article fait partie de notre guide: Sauvegarde et PRA : les roues de secours de votre IT

PRA : IER Groupe Bolloré choisit Veeam et HP StoreOnce

La filiale du groupe Bolloré qui s’est illustrée en fournissant le coeur du service d’autopartage Autolib a refondu sa sauvegarde et mis en place un PRA en s’appuyant sur le logiciel Veeam Backup and Replication et sur les appliances de sauvegarde sur disque StoreOnce D2D d’HP.

Filiale du groupe Bolloré, IER, est un spécialiste des systèmes de gestion de flux des biens et des personnes. La société a initialement bâti sa réputation en s’imposant comme le leader des imprimantes au format transport (utilisées par exemple pour l’émission des billets de train ou d’avion). Au tournant de l’ère électronique, la société s’est diversifiée sur le marché des bornes libre-service (elle fournit par exemple les bornes de la SNCF ou de la Poste). Parallèlement, elle s’est aussi lancée dans la fourniture de systèmes de traçabilité pour les entrepôts (IER fournit par exemple la partie point de vente et garantie du réassort du linéaire grâce à l’inventaire temps réel).

IER a développé l'informatique
qui rend possible l'offre Autolib

L’acquisition de la société Belge Automatic Systems lui a aussi permis de compléter son portefeuille avec des systèmes de gestion de passage (contrôle aéroportuaire, sas bancaires, barrières d’autoroutes, barrières de sécurité). Enfin, IER s’est illustré récemment avec Autolib en fournissant notamment, les bornes d’abonnement, de location et de recharge des véhicules électriques ainsi que le système d’information embarqué du véhicule.

Mettre en place un PRA dans le cadre de la centralisation de l’informatique

Au vu de la diversité de ses métiers, IER aurait pu gérer ses systèmes informatiques de façon décentralisée. La firme a fait le choix de la mutualisation en centralisant son IT et ce pour l’ensemble de ses filiales (Etats-Unis,  Canada, Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Chine, Singapour). Concrètement IER a centralisé les applications critiques (ERP, Intranet, Messagerie…) mais a laissé en local certaines applications secondaires ou spécifiques. Au passage la firme a fait le choix de loger sa production dans un datacenter tiers, la salle informatique située dans les locaux du siège de Suresnes n’étant plus adaptée à une telle concentration.

Comme l’explique Franck Ronciaux, le responsable Exploitation IT du Groupe IER, cette concentration de la production informatique a amené IER à revoir sa stratégie de sauvegarde et à mettre en œuvre un plan de reprise d’activité afin de se protéger d’une défaillance majeure sur son datacenter. « Notre production étant largement virtualisée –sous vSphere 5.0 -, nous avons fait le choix de nous appuyer sur Veeam Backup and Replication 6.0 et de sauvegarder nos données sur disque » explique Franck Ronciaux.

Le projet de PRA d'IER Groupe Bolloré en bref

La société :

  • IER Groupe Bolloré (créée en 1962)
  • Sites principaux : Siège à Suresnes, site de production à Besançon et Buc, SAV à Nantes. Filiales à Singapour, en Espagne, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Belgique.
  • CA : 147 M€ (2011)
  • Environ 600 salariés

L’infrastructure :

  • 160 VM à protéger au niveau mondial avec PRA sur deux sites
  • 20 To de données gérées et sauvegardées par Veeam

Données entrant dans le champ du PRA :

  • 7,5 To - Volumétrie initiale sur les fermes VMware Datacenter
  • 43 To - Volumétrie sauvegardée sur les appliances avec rétention plus ou moins longue selon les applications

Le Budget :

  • Appliances D2D : 55 K€ (avec maintenance sur 5 ans)
  • Licences Veeam : 25 K€ (licences et support sur 5 ans)
  • Lecteur LTO et bandes : 10 K€ (sur 5 ans)
  • Outil de mise sur Bandes : 5 K€ (pour la mise sur bande)
  • Prestation d’intégration et de suivi (Computacenter) : 15 K€

Dans le cadre de la mise en place du PRA, IER a fait le choix de s’appuyer sur deux appliances de stockage dédupliquées StoreOnce D2D d’HP. IER a placé un de ces équipements d’une capacité de  9To (non dédupliquée) dans son datacenter principal et un second dans la salle machines située au siège de Suresnes. Ce second équipement sert de cible de réplication pour le StoreOnce D2D situé dans le datacenter primaire et peut donc être utilisé pour reprendre la production en cas d’incident majeur sur le site principal. Les données entre les deux sites sont répliquées quotidiennement via un lien à 40 Mbit/s. IER continue aussi à externaliser ses sauvegardes sur bande LTO V une fois par mois, notamment pour des contraintes légales, et conserve une sauvegarde annuelle dans un coffre ignifugé sur un troisième site. A tout instant, la firme dispose de deux sauvegardes sur disque et de deux sauvegardes sur bande.

Des sauvegardes pilotées par Veeam backup and Replication

L’ensemble du processus de sauvegarde est piloté par Veeam Backup tandis que la réplication intersites est gérée par les baies D2D d’HP. En cas de problème, IER s’appuie sur les fonctions de reprise instantanée de Veeam, qui lui permette de remonter des VM directement depuis le stockage des D2D. IER sauvegarde aujourd’hui 160 VM, incluant les filiales (dont 60% de serveurs Windows et 40% de serveurs Linux) avec Veeam, ce qui représente environ 95% de ses instances systèmes (l’ERP Oracle e-business suite reste pour l’instant sur des plates-formes physiques).

« Nous utilisons Veeam depuis plus de deux ans et demi en remplacement de solutions de sauvegarde hétérogènes. Le logiciel nous a été conseillé par notre intégrateur Eric MACHABERT de Computacenter avec qui nous travaillons depuis sept ans et nous avons choisi de leur faire confiance. Nous n’en sommes pas déçus. Le produit est simple à utiliser, et surtout il est peu onéreux pour un outil de sauvegarde de cette classe. Auparavant, nous avions de vrais problèmes à gérer nos serveurs virtualisés car il fallait souvent des agents dans les VM » explique Franck Ronciaux.

Une réduction sensible des fenêtres de sauvegarde et de restauration

Le responsable Exploitation d’IER vante aussi les appliances D2D d’HP : «  Auparavant, avec la sauvegarde sur bande, on avait des fenêtres de sauvegarde qui approchaient les 12 heures pour la simple sauvegarde. Aujourd’hui l’ensemble de nos processus de sauvegarde nécessitent environ 6h et toutes les opérations s’effectuent sans problème entre 20h et 8h du matin, réplication comprise ». IER s’appuie ainsi sur des sauvegardes incrémentales quotidiennes et effectue une sauvegarde complète par semaine. Franck Ronciaux note également que l’usage des D2D a permis d’accélérer considérablement les restaurations, même si, note-t-il, les D2D sont «  moins performantes en restauration qu’en sauvegarde ».

Nous venons de commencer l’upgrade sur Veeam Backup 7.0 afin de bénéficier des nouvelles fonctionnalités telles que la mise sur bande ou encore le Parallel Processing. Les premiers résultats sont plus qu’encourageants puisque nous notons déjà des gains avoisinant les 50% sur les temps de backup.

Au final, l’ensemble du projet, en incluant la dimension PRA, aura nécessité environ 110 K€ d’investissements, incluant les licences et le support sur 5 ans, soit environ 22 K€ par an.

 

 

Dernière mise à jour de cet article : août 2013

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close