IBM place ses mainframes sur les terres de l’analytique

A l’occasion de sa conférence Enterprise Summit 2013, IBM a montré que ses mainframes étaient des plates-formes de choix pour l’analytique et le Big Data.

IBM n’en finit pas de donner une seconde vie aux mainframes. A l’occasion de sa conférence Enterprise Summit 2013, qui se tient actuellement à Orlando, Big Blue a montré que ses gros systèmes, réunis sous la bannière zEnterprise, étaient les compagnons idéaux pour les segments très porteurs du cloud, de l’analytique et plus globalement du Big Data.

Il faut dire que depuis des années, Big Blue s’évertue à crier que le mainframe n’est pas mort, en dépit d’une forte tendance des entreprises à’essayer de décloisonner les SI. Dans le cadre de cette stratégie, IBM a ainsi rapproché ses mainframes UNIX du monde Linux, historiquement très x86, puis par exemple d’abaisser les tickets d’entrées de ses gros systèmes en développant des mini-mainframes, à l’image du modèle zBC12, présenté en juillet 2013 - un dérivé de son grand frère, le zEC12.

IBM a également fait gonfler son portefeuille technologique zEnterprise par voie de rachats en annonçant en juillet dernier l’acquisition de CSL International, spécialisée dans la gestion de la virtualisation sur System Z. A l’époque, Big Blue présentait la technologie de CSL comme permettant aux entreprises d’intégrer leurs données aux outils analytiques et de favoriser la distribution en mode cloud.

D’autant que nombre d’entreprises dans le monde adossent encore leur transactions les plus critiques aux mainframes - comme les services financiers, par exemple, pour ne citer qu’eux. Une étude récente de BMC a très récemment montré que 93 % des responsables informatiques interrogés considéraient encore le mainframe comme un maillon de leur stratégie future en matière d’IT. Comme finalement en témoignent les chiffres mainframe d’IBM au troisième trimestre, en progression de 6% alors que l’ensemble des activités serveurs du groupe est en proie à la baisse.

Face à ce constat, logique qu’IBM ajuste la couche applicative de l’un de ses leviers financiers à l’analytique et au Big Data. Lors de cette conférence Enterprise Summit 2013, Big Blue a annoncé IBM DB2 11 sur z/OS, une version de la base de données du groupe pour les System Z, qui permet par exemple aux entreprises d’intégrer les résultats de traitements Hadoop dans leur datamart. Toujours côté analytique, le gestionnaire de transaction IMS (Information Management System) 13 permet bien d’exploiter la puissance des mainframes pour consolider des données issues de sources hétérogènes et de combiner des données analytiques intégrées à des données non structurées ainsi qu’aux media sociaux, résume IBM dans un communiqué.

Autre annonce, IBM Cognos TM1 pour zEnterprise, qui porte ainsi la solution de planification financière d’entreprise sur la plate-forme mainframe du groupe. Cette application offre un ensemble complet d’outils de planification, de création de budgets et de modules analytiques pour optimiser les performances de l’entreprise. Des modèles d’analyse y sont intégrés, précise IBM. La solution peut également être étendue aux terminaux mobiles via le cloud.

IBM n’est pas le seul à orienter le monde des mainframes vers les grandes tendances du IT moderne. SyncSort, acteur historique du secteur des outils pour mainframes, a récemment annoncé le rachat de Circle Computer Group, qui propose notamment de faciliter la migration de données depuis IBM IMS vers DB2 pour zOs. Ces données peuvent ensuite être exploitées par des clusters Hadoop, par exemple.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close