Free discute avec Bouygues pour racheter son réseau mobile

Free est entré en discussion exclusive avec Bouygues Télécom pour reprendre les infrastructures de son réseau mobile en cas de fusion de Bouygues Télécom avec SFR.

Iliad, la maison mère de Free, a annoncé dimanche 9 mars être entrée en négociations exclusives avec le groupe Bouygues et la société Bouygues Telecom en vue du rachat d’un portefeuille de fréquences 2G/3G/4G et du réseau de téléphonie mobile de Bouygues Telecom pour un montant pouvant aller jusqu’à 1,8 milliard d’euros. Cette négociation est conditionnée au succès de la proposition de rachat de SFR par Bouygues et à son acceptation par l’autorité de la concurrence, qui en matière de télécoms a parfois eu des décisions pour le moins curieuses et dont le dogme établi veut que quatre acteurs sont mieux que trois pour la concurrence (on pourrait arguer que trois acteurs ne se comportant pas comme un oligopole, ce à quoi aurait dû veiller l’autorité, qui s’était sans doute assoupie avant que Free n’arrive, peuvent se faire une concurrence aussi agressive que quatre…).

L’opération serait à n’en pas douter une bonne affaire et permettrait au petit dernier du secteur des mobiles de mettre la main à bon compte sur un ensemble de fréquences et d’antennes quasi-prêtes à l’emploi, ce qui permettrait à Free Mobile d’accélérer la bascule de ses abonnés sur un réseau détenu en propre et donc au passage d’améliorer qualité de service et marge.

Iliad indique avoir l’intention de financer l’opération avec ses fonds propres et ses lignes de crédit existantes. Au vu de ses derniers résultats on ne se fait pas de souci de ce côté-là.

Dans le fixe, l’accès Internet est en effet devenu une vraie vache à lait pour le groupe. Free revendique ainsi un ARPU de 36 € par abonné et par mois sur le haut débit dont 9€ vont directement dans son compte en banque tellement l’activité est aujourd’hui rentable (l’opérateur dégage une trésorerie positive de 636 M€ sur le fixe pour un CA de 2,5 Md€). Dans l’univers du mobile, l’excédent brut d’exploitation (obtenu par la soustraction au chiffre d'affaires des coûts liés aux achats, aux charges de personnel et aux autres charges – ou par calcul du résultat d’exploitation avant dotations aux amortissements et provisions) est quant à lui devenu pour la première fois positif à 113,5 M€ pour un CA de 1,2 Md€.

Free indique son intention d’ajouter plus de 1 500 sites radio supplémentaires à son réseau mobile sur l’année 2014 et a l’objectif de couvrir 75% de la population en 3G à fin 2014 et 50% de la population en 4G. Il mise désormais sur le contrôle de près d’un quart du marché mobile à terme (contre 12% à la fin décembre 2013). Le rachat éventuel du réseau de Bouygues Telecom pourrait singulièrement aider à atteindre ces objectifs. 

 

Pour approfondir sur Téléphonie mobile

- ANNONCES GOOGLE

Close