Mines-Télécom : une seule et même école à l'Ouest ?

Le ministère de l’Economie demande une étude de faisabilité portant sur la fusion de Telecom Bretagne et Mines Nantes

Deux ans après le regroupement sous le chapeau d'Institut des six écoles d'ingénieurs des Mines et des sept écoles d'ingénieurs télécom, voici qu'est engagée la réflexion autour d'un repositionnement régional des établissements. Premiers concernés : ceux de Télécom Bretagne (Brest et Rennes) et de Mines Nantes.

A la demande du ministère de l'économie, du redressement productif et du numérique, une étude de faisabilité est engagée concernant la fusion de ces écoles du grand Ouest. Mutualisation des moyens, interdisciplinarité de la recherche et des enseignements, offre élargie d'options aux élèves-ingénieurs et de possibilités de coopération avec le tissu économique … en amont de cette étude, l'accent est mis sur le potentiel que représente la marque Mines-Télécom tant à l'échelle régionale qu'en termes de visibilité à l'international.

Une marque, comme le souligne le communiqué « détentrice d’une forte identité et positionnée au cœur des transformations numérique, énergétique et environnementale », et forte d'une capacité actuelle d'accueil de plus de 2000 élèves-ingénieurs (1000 pour Mines Nantes, 1200 pour Télécom Bretagne dont la moitié d'étudiants étrangers). Sans compter les activités connexes telles que l'incubation d'entreprises. Le verdict de cette étude de faisabilité de fusion est attendu pour novembre 2014.

Pour approfondir sur Formation

- ANNONCES GOOGLE

Close