Cet article fait partie de notre guide: MDM : un levier pour le BYOD

Le développement traditionnel inadapté aux apps mobiles

Le développement d’applications mobiles doit suivre une approche différente de celle du développement d’applications pour le poste de travail, nous apprend le cabinet d’étude Gartner dans son dernier rapport.

Le développement d’applications mobiles doit suivre une approche différente de celle du développement d’applications pour le poste de travail, nous apprend le cabinet d’étude Gartner dans son dernier rapport. Selon lui, ces fameuses apps, qui aujourd’hui représente un pan important du métier de développeurs, doivent être appréhendées comme un écosystème à part entière, avec ses propres méthodes et ces propres cycles de développement. Des exigences qui différent de celles utilisées pour le développement d’applications pour le poste de travail.

« Les équipes de développement d’applications d’entreprise utilisent des pratiques traditionnelles pour définir et développer des applications pour le desktop. Toutefois, la plupart ne fonctionne pas pour le développement d’applications mobiles, à cause de la diversité des terminaux, de la connectivité au réseau, et d’autres considérations liées aux terminaux mobiles », explique Van Baker, vice président chez Gartner.

Impossible de calquer les pratiques traditionnelles : les applications mobiles sont régies par d’autres contraintes notamment techniques, comme la taille de l’écran, la nécessité d’une connexion, une expérience utilisateur et une ergonomie différentes. « L’expérience associée aux terminaux mobiles est vraiment différente de celle des postes de travail, avec des sessions plus courtes, une présentation limitée, du à la taille de l’écran qui a un impact sur le fonctionnement de l’application mobile « , résume encore l’analyste.

Gartner insiste également sur le fait les développeurs doivent ternir compte de procédures de tests adaptées aux spécifiés du développement mobile, à savoir le comportement aléatoire d’une application en fonction de l’OS, de la plate-forme et du terminal - dont le marché est inondé. « Les test d’applications mobiles doivent être menés via une combinaison de différents types de terminaux et d’OS », précise-t-il.

Enfin dernier point que l’on peut retenir, le cycle de vie d’une application mobile doit suivre celui des technologies mobiles du marché qui connaissent une progression plus rapide que celles liées au poste de travail. Gartner recommande d’opter pour des processus de développement agile, via de courtes itérations, afin de mieux coller aux cycles rapides des mises à jour de fonctionnalités et de l’expérience utilisateur.

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close