Etude Priorités 2014 : comme les Allemands, les Français se méfient du cloud externe

Selon les résultats de l'étude Priorités 2014 menée par TechTarget, la maison mère du MagIT,les Français comme les Allemands affichent une forte défiance face au cloud externe.

La récente étude Priorités 2014 (résultats complets téléchargeables ici) menée par Techtarget, la maison mère du MagIT, à l’échelle européenne permet de mettre en lumière les différences d’affectation des budgets informatiques selon les pays, ainsi que des différences fortes en matière de priorités technologiques. Dans cet article, nous nous intéressons notamment  aux stratégies d'évolution du datacenter et  l'adoption des services de cloud.

 

En matière de gestion et d’optimisation des datacenters les entreprises françaises ont des approches assez similaires à celles de leurs homologues européennes, avec une adoption large de la virtualisation, un intérêt croissant pour les infrastructures intégrées ou convergées et pour les infrastructures cloud. Sans surprise en revanche, l’appétence pour l’externalisation des infrastructures reste plus faible que chez nos voisins européens avec seulement 19 % des répondants indiquant miser sur l’externalisation pour optimiser la gestion de leurs datacenters contre 30 % des Britanniques et des entreprises du Benelux ou 25 % des Espagnols et des Nordiques. Sur ce point de l’externalisation les Français sont sur en ligne avec les pays germaniques (Allemagne, Autriche, Suisse) encore plus réfractaires à l’externalisation comme solution d’optimisation et de consolidation de leurs datacenters (14 %).

 

Parmi les principales initiatives mentionnées par les répondants français pour 2014, figurent en priorité l’extension de la virtualisation (47 %), la mise en place ou le renforcement du PRA ou du PCA (35 %), la consolidation des datacenters (27 %), la migration vers Windows Server 2012 ou R2 (25 %), et la mise en œuvre d’un cloud privé interne (20 %), Le Green IT (10 %) et l’intégration à un cloud externe (8 %) sont très loin dans les priorités. 

Une grande méfiance vis à vis des services de cloud externes

C’est notamment sur ce dernier point que la France se distingue de ces voisins. L’intégration à un cloud externe est une priorité pour 33 % des répondants du Benelux, pour 20 % des répondants britanniques et nordiques, pour 16 % des Espagnols et 14 % des Italiens. La encore, les Français sont en phase avec les Allemands, qui ne sont que 9 % à considérer l’intégration à un cloud externe comme une priorité.

 

En matière de cloud, l’appétence des Français pour les services cloud externes est la plus forte pour le SaaS (39 %), pour le PaaS (26 %) et les bases de données as a Service. L’intérêt pour le Desktop as a Service progresse avec 17 % des répondants prévoyant d’utiliser d’une façon ou d’une autre des services de DaaS en 2014. C’est pour les services de collaboration de type Box, Office 365 et autres que l’intérêt est le plus faible avec seulement 9 % des personnes interrogées estimant que leur entreprise recourra à de tels services. Un chiffre qui illustre la méfiance des entreprises vis-à-vis de ces services depuis la débâcle de l’affaire Snowden. Et qui en dit aussi long sur les opportunités qui pourraient s’offrir à un fournisseur de cloud français qui proposerait de tels services avec un hébergement local à un tarif compétitif.

 

Notons que les répondants français se méfient notamment des services de cloud externes du fait de la non-maîtrise de l’infrastructure externalisée, des doutes sur les économies réellement réalisées, des inquiétudes quant à l’aptitude des fournisseurs à résoudre les problèmes dans un environnement mutualisé mais aussi des doutes plus généraux en matière de la capacité des fournisseurs à tenir leurs SLA.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close