IBM Microelectronics cédé à vil prix à GlobalFoundries

IBM va céder son activité Microelectornics à GlobalFoundries, une opération qui va même se traduire par un paiement d'IBM à la firme détenue par le fonds souverain d'Abu Dhabi...

Une page de plus se tourne chez IBM : dans le cadre de sa transformation en un géant du logiciel et des services, Big Blue vient de se débarrasser de l’une de ses activités historiques, la production de processeurs, une activité qui accumulait les pertes et qui surtout ne montrait aucun signe de redressement à terme. Depuis plusieurs trimestres, à l’analyse des résultats d’IBM, LeMagiT notait la détérioration des résultats de la branche microélectronique et surtout son incapacité à redresser son chiffre d’affaires, un mal de nature à empêcher le financement à long terme de l’activité. Il est vrai que la baisse des ventes de mainframes combinée à celle des système Unix et des systèmes de stockage haut de gamme de la firme, n’était guère de nature à redresser la production interne de puces chez Big Blue…

C’est GlobalFoundries, la société détenue par le fonds souverain d’Abu Dhabi, qui va reprendre l’ensemble des actifs d’IBM Microelectronics dont les deux fabs opérées par Big Blue (y compris le site de dernière génération d’East Fishkill, dans l’État de New York, et celui d’Essex Junction, dans le Vermont) et un large portefeuille de brevets et de technologies. Signe des temps, la transaction ne coûtera rien à la société, puisqu’IBM passera une provision massive de 4,3 Md$ pour dépréciation d’actifs une somme, indique Big Blue, qui inclut la somme versée à GlobalFoundries pour la reprise d’IBM Microelectronics, ainsi que 1,5 Md$ de cash à verser au cours des 3 prochaines années. GlobalFoundries deviendra également le fabricant exclusif des puces Power et Z pour les dix prochaines années (ce qui inclut les puces gravées en géométrie de 22, 14 et 10 nm).

IBM de son côté entend se concentrer sur la recherche fondamentale et poursuivra son plan de 3 milliards de dollars d’investissements sur 5 ans dans la recherche. Selon Big Blue, GlobalFoundries aura un accès prioritaire aux fruits de ces recherches menées en collaboration avec College of Nanoscale Science and Engineering (CNSE) et le SUNY Polytechnic Institute d’Albany dans l’État de New York.

Le rachat d’IBM Microelectronics permet à GlobalFoundries de mettre la main sur plusieurs milliers de brevets et sur des équipes parmi les plus qualifiées au monde. La firme estime que le rachat est aussi de nature à assurer sa transition vers des processus de gravure plus fins jusqu’à 10nm et qu’il la dote aussi d’un savoir-faire important en matière de puces 3D. Selon GlobalFoundries, le rachat lui ouvre aussi la porte de nouveaux marchés du fait du savoir faire de Big Blue en matière de RF et d’Asic.

GlobalFoundries était déjà l’un des principaux licencié des technologies d’IBM, comme d’ailleurs Samsung electronics et ST Micro. Il sera intéressant de voir si l’acquisition d’IBM Microelectronics a un impact sur les stratégies de ces acteurs (et notamment de ST). La firme entend investir environ 10 Md$ au cours des deux années à venir et devrait de ce fait renforcer son implantation aux Etats-Unis (GlobalFoundries dispose déjà d’un site à Saratoga, dans l’Etat de New York, à moins de 2h de route du site d’IBM). Une orientation vers les US qui ouvre une fois de plus la question de l’avenir du site allemand de Dresde, autrefois le fleuron du groupe.

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close