SOA et développement : à quoi faut-il s’attendre en 2015

Des dernières générations d’architectures au mouvement Devops, les professionnels et analystes du secteur partagent leur vision sur les plus importantes tendances qui rythmeront 2015.

Développement d’applications mobiles, APIs, Big Data, Cloud et les objets connectés : les évolutions dans ces domaines ont marqué 2014 et donné des sueurs froides aux architectes en entreprises qui essaient de résoudre des problèmes d’intégration.

Nos confrères de SearchSOA ont donné la parole à des spécialistes du secteur qui livrent leurs prévisions pour cette nouvelle année : en route pour les architectures de dernières générations, comme les microservices, jusqu’au In-Memory.

Anne Thomas, vice-président et analyste chez Gartner

Je pense que seulement un nombre réduit d’entreprises, comme 10%, va s’essayer aux microservices l’année prochaine. Généralement, je ne le recommande pas. A mon avis, pour nombre d’entreprises, une simple architecture orientée services a de quoi répondre à l’ensemble des besoins et donné les bénéfices attendus, sans avoir à entrer dans ces microservices.

Ce que je trouve également très intéressant est ce mouvement grandissant qui consiste à se passer d’ESB. De nombreuses personnes estiment qu’un ESB n’est pas forcément nécessaire pour développer ses services; cela n’aide pas à développer de bonnes APIs. Toutes les fonctions d’intégration au sein d’un ESB sont souvent inutiles pour qui souhaite développer des APIs et les exposer afin de permettre à d’autres de les consommer.s

Craig Muzilla, senior vice-président, Applications Platforms, chez Red Hat

Je crois que l’on devrait assister à davantage d’activités autour du cloud en général et plus particulièrement autour du Paas. Les entreprises s’approprient ces technologies et cela change la façon dont elles développent leurs applications. Le mouvement DevOps va également monter en puissance dans les deux prochaines années. Un secteur à considérer est aussi celui de la mobilité. La mobilité est de plus en plus prise en compte par les entreprises comme le nouveau terrain du développement. Celles-ci pensent désormais l’application avec la mobilité à l’esprit. Ils réfléchissent aussi à comment supporter ces applications mobiles.

Wade Sendall, vice-président, Boston Globe Media Partners

Lorsque j’ai commencé dans l’IT, les technologies contrôlaient tout. Tout était cloisonné derrière des portes bien fermées. Nous sommes passés des mainframes, au client/serveur et enfin aux solutions Cloud. Je pense qu’aujourd’hui, la fédération des technologies est clé. De nombreux acteurs de l’ancienne école ont du mal avec cela car nous sommes davantage habitués à tout contrôler; et nous ne pouvons pas tout contrôler. Nous sommes étroitement associés au métier. Vous n’êtes pas celui qui prend toutes les décisions en matière d’achat IT, mais vous êtes celui qui doit répondre aux besoins.

Mark McDonald, Co-Pdg, Appster

Le concept de magasins applicatifs (appstore) va devenir plus compétitif en 2015. Une des priorités sera de travailler à retenir les utilisateurs sur les apps car 95% des utilisateurs abandonnent une application dans les 30 jours, et presque 50% dans les 24 heures.
Les start-ups devront se concentrer sur la capacité à pouvoir rechercher leur app. Avec Facebook et ses possibilités d’optimisation de la visibilité des applications, cela va devenir un modèle très populaire. Nous allons également voir l’apparition d’apps développées pour plusieurs écrans, par exemple, l’iPhone, l’iPad bientôt l’iWatch.

Dan Skatov, directeur du développement, Starcounter

Pour atteindre ses objectifs toujours plus élevés et intégrer le notion de temps réel dans ses activités, la technologie In-Memory est un must. Ayant échangé avec de nombreuses entreprises ces 5 dernières années, nous avons assisté à une transformation radicale de l’intérêt, passant du concept suspect, à la prise de conscience de sa nécessité. Toutefois, les mentalités doivent évoluer : les données et les applications ne peuvent plus être deux entités séparées. Nous devons arrêter de penser base de données seules, et passer à un paradigme plus global, vers la notion de plate-forme de données In-Memory.  Au sein de ce paradigme, une plate-forme représente un écosystème complet pour développer des applications de traitement de données. En 2014, la tendance du In-Memory a largement été popularisée par SAP HANA, ouvrant de nouveaux horizons. Le mouvement devrait définitivement s’ancrer dans le marché en 2015.

Dev Patel, Pdg et Fondateur, Bitoya

Les développeurs vont devenir des colporteurs de Big Data. La BI et l’entrepôt de données étaient la propriété des administrateurs de bases de données et des analystes business. Dans le futur, les développeurs prendront la responsabilité des Big Data. Les développeurs sont plus près du produit que les analystes.

Traduit et adapté par la rédaction

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close