Datadog intègre officiellement Logmatic à sa plateforme de monitoring

Alors que se profile à l'été prochain la première conférence de la société, Datadog ajoute les outils d'analyse de logs acquis à la société Logmatic à sa plateforme de monitoring. Datadog confirme ainsi sa volonté de proposer une solution de bout en bout, très intégrée.

Dès mars 2018, Datadog accrochera un 3e pilier à sa plateforme de monitoring Cloud : la gestion des logs. Issu du rachat de la société française Logmatic en septembre 2017, ces capacités de capture et d’analyse des logs vient ainsi compléter la plateforme de la société qui comporte déjà l’écoute des infrastructures Cloud – son premier métier – et celle, plus haute, des applications. Avec la prise en compte des logs, Datadog se positionne officiellement face à des acteurs clé comme Splunk après avoir été en frontal à AppDynamics et Dynatrace – pour n’en citer que certains -, deux cadres du segment de l’APM (Application Performance Monitoring). Datadog fait miroiter son ADN de société native dans le Cloud pour se distinguer sur ce marché.

Datadog n’est pourtant pas une toute jeune société. Créée en 2010 par deux Français partis immédiatement aux Etats-Unis, Datadog a d’abord positionné son offre sur le monitoring d’infrastructure Cloud – à commencer par celle d’AWS, l’une des seules à l’époque, puis l’a étendue aux 2 autres acteurs clés du secteur (Azure et Google). En 2015, la société réalise son premier rachat pour Mortar Data, pour s’équiper d’outils analytiques et de création de pipelines de données. Début 2017, Datadog élargit son périmètre et entre sur le segment de l’APM, en plus de l’infrastructure donc. La solution collecte également les données de la couche applicative et va jusqu’à analyser et suivre les transactions réalisées par les applications – ce que fait par exemple AppDynamics. 

La dernière étape de l’évolution de Datadog passe enfin par l’acquisition l’année dernière de la jeune société française Logmatic avec pour ambition d’ajouter l’analyse de logs à la plateforme Datadog – et donc la capture d’événements. A l’époque, Olivier Pomel, le Pdg de la société, nous avait expliqué que cela permettait à Datadog « d’ajouter une source de données et d’informations et de fournir (aux entreprises, NDLR) une cartographie globale de leurs systèmes ». En fait, cela permet aussi d’appuyer la volonté de Datadog de proposer une véritable plateforme intégrée de monitoring tout en assurant des synergies entre ses différents composants. Les outils liés aux logs ont ainsi la possibilité d’ajouter du contexte, résume encore Olivier Pomel, une semaine avant la disponibilité officielle de cette fonction. 

Et pour lui, cette approche intégrée est justement un différenciateur pour Datadog qui pense que le Cloud a provoqué aussi un bouleversement des fondamentaux du monitoring. Avec le Cloud, le monitoring n’est en effet plus la seule affaire des administrateurs systèmes.

« Nous souhaitons proposer une solution bout en bout car avec le Cloud, tout le monde a envie de regarder une seule solution », résume-t-il.

Logmatic sera désormais « super-intégré » pour permettre à Datadog « de répondre à tous les cas d’usage et tous les profils de l’entreprise ». Cette intégration provoquera également l’arrêt de la commercialisation des outils sous pavillon Logmatic. « Nous l’allons plus onboarder les clients sur Logmatic, confie-t-il mais promet proposer des chemins de migrations à la clientèle en place. Du côté des équipes, Olivier Pomel explique que « l’intégration se passe très bien ». Enfin, aussi intégré soit Logmatic à la plateforme Datadog, la tarification, elle, s’appuiera sur un modèle différent (on ajoute des services additionnels à la plateforme). Ces outils de logs pourront aussi être utilisés indépendamment des autres services de la plateforme, « même si on pense que les clients vont l’utiliser avec la plateforme globale », souligne encore le Pdg.

Azure, IoT et IA 

Si l’intégration et la commercialisation de Logmatic marque une étape clé dans l’évolution de Datadog, la société travaille également à d’autres projets, nous a expliqué encore Olivier Pomel. Parmi les développements est par exemple évoqué l’hébergement de la plateforme, aujourd’hui sur AWS et Google, sur Azure. « Aujourd’hui, nombre de nos clients sont sur Azure », a-t-il rappelé. Un autre projet porte également sur le support des spécificités propres à l’IoT ou encore l’amélioration des fonctions de Machine Learning pour automatiser par exemple la détection de patterns. D’ailleurs Datadog mène une campagne de recrutement agressive sur ce sujet. « Nous recrutons le plus des Data Scientists et dans l’IA pour développer de nouveaux produits ou améliorer les nôtres », ajoute le responsable. Une partie des Data Scientists de la société siègent dans les locaux parisiens de Datadog, là où la société tient sa R&D. D’autres projets seront également dévoilés lors de la première conférence organisée par le société, Dash, qui se tiendra en juillet prochain. 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close