metamorworks - stock.adobe.com

WatchGuard enrichit son offre

L’équipementier a profité de l’été pour enrichir son offre d’une solution d’authentification à facteurs multiples et pour jouer la carte de l’intégration entre réseau et postes de travail à travers un partenariat avec Cylance.

Le constructeur d’appliances de gestion unifiée des menaces n’est pas resté les bras croisés durant l’été. WatchGuard a ainsi annoncé le lancement d’AuthPoint, une solution d’authentification à facteurs multiples en mode cloud pensée pour les PME. Alex Cagnoni, directeur de l’authentification chez l’équipementier, développe ainsi, dans un communiqué de presse, une ambition d’éliminer « les barrières de longue date entre les PME et l’adoption de l’authentification à facteurs multiples (MFA) avec une solution abordable, facile à déployer et largement évolutive ».

La solution est assortie d’une application mobile permettant aux utilisateurs de visualiser et gérer les tentatives d’authentification – par notifications push, codes d’identification à usage unique, ou encore code QR. De quoi rappeler ce que permettent des applications associées aux services d’authentification de Google ou de Microsoft. L’application de WatchGuard supporte d’ailleurs Google Authenticator, mais également les mécanismes de gestion de codes à usage unique de Facebook, Dropbox, « et plus encore », précise l’équipementier. L’application mobile joue également la carte de la signature du terminal utilisé pour protéger contre le clonage. Sans surprise, la solution supporte SAML (security assertion markup language)  pour l’intégration avec les applications tierces.

L’équipementier a en outre annoncé, tout début août, IntelligentAV, un module supplémentaire de protection contre les logiciels malveillants qui s’attache aux points de terminaison de l’infrastructure, pour compléter la pile logicielle de sa plateforme Firebox.

Il s’agit là de protéger les clients de WatchGuard contre les maliciels inédits, ceux pour lesquels aucune signature ne peut offrir de protection. Pour cela, l’équipementier s’est associé les services de Cylance. Ce dernier s’est fait une spécialité de la protection des points de terminaison contre les logiciels malveillants sans recourir à des signatures, mais à des modèles établis par le truchement d’algorithmes d’apprentissage automatique supervisé.

Ainsi, WatchGuard rejoint le club de ceux qui misent sur l’intégration entre serveurs, postes de travail et réseau pour aborder de manière globale la sécurité des systèmes d’information.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close