pixel_dreams - Fotolia

Avast s’offre son concurrent AVG

L’éditeur propose une valorisation de 1,3 Md$. Le conseil de surveillance d’AVG encourage ses actionnaires à accepter l’offre.

Les deux spécialistes de l’antivirus vont se rapprocher. Avast propose 1,3 Md$ pour AVG. Dans un communiqué, le premier indique vouloir, avec cette opération, « gagner de l’ampleur, de la profondeur technologique, et étendre sa présence au niveau mondial ». Ensemble, les deux éditeurs devraient pouvoir revendiquer une base installée de 400 millions de terminaux, « dont 160 millions sont mobiles », et « qui agissent de facto comme des capteurs, fournissant des informations sur les logiciels malveillants, pour aider à détecter et à neutraliser les nouvelles menaces dès leur apparition ».

Les produits des deux éditeurs jouissent d’une bonne réputation. Le produit d’AVG pour entreprise a reçu la note de 5,6/6 en protection sous Windows 10, à l’occasion d’un test réalisé par AV-Test, en avril dernier. Celui d’Avast pour le grand public, a reçu celle de 6/6.  

Ce dernier a récemment mis à jour ses produits pour intégrer une solution légère, mettant à profit le Cloud, pour identifier et analyser les menaces, Nitro Update. Sa technologie baptisée CyberCapture assure en parallèle une communication bidirectionnelle entre son infrastructure et les postes de travail protégés, afin de renforcer la protection contre les menaces inédites.

Après s’être ouvert à la mobilité en 2014 avec le rachat d’Inmite, Avast s’est offert Remotium afin de proposer une solution d’accès au système d’information à partir de terminaux mobiles, en streaming, en s’appuyant sur des instances virtuelles non persistantes.

Les redondances avec AVG sont nombreuses, mais des complémentarités peuvent également être revendiquées. AVG propose ainsi un service d’administration et de supervision à distance, Managed Workspace, supportant terminaux physiques classiques et mobiles, environnements VMware et encore déploiements Office 365

Dans un billet de blog, Vincent Steckler, patron d’Avast, indique notamment compter sur ce rapprochement pour travailler au développement d’offres destinées aux objets connectés. Mais cette opération doit surtout conduire à l’émergence d’un numéro un incontesté de l’antivirus. Selon les chiffres d’Opswat et de Statista, Avast et AVG devraient compter, ensemble, pour plus de 20 % de ce marché.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close