ronstik - stock.adobe.com

NortonLifeLock et Avast : une fusion à 8 milliards de dollars

La société issue de la fusion de NortonLifeLock et d’Avast aura un double siège, en Arizona et à Prague, et servira 500 millions d’utilisateurs, dont 40 millions de clients directs.

Mardi 10 août, NortonLifeLock a annoncé son intention de fusionner avec Avast dans le cadre d’une opération chiffrée à plus de 8 milliards de dollars.

Avast, basé à Prague, et NortonLifeLock, établie à Tempe en Arizona, sont de célèbres concurrents dans le secteur de la cybersécurité grand public. Tous deux mettent en avant des produits antivirus et VPN, mais il existe des distinctions. Avast est réputé pour son antivirus gratuit ainsi que pour ses logiciels consacrés à l’optimisation des performances informatiques, tandis que NortonLifeLock est très présent dans le domaine de la protection d’identités.

Selon le communiqué, l’entreprise issue de la fusion servira 500 millions d’utilisateurs, dont 40 millions de clients directs.

Les actionnaires actuels d’Avast se verront offrir deux options de rémunération : une option majoritaire en espèces et une option majoritaire en actions. En fonction du choix des actionnaires, l’annonce indique que la transaction sera évaluée entre 8,1 et 8,6 milliards de dollars. En outre, les actionnaires d’Avast détiendront entre 14 % et 26 % de la nouvelle compagnie.

Le nom de cette compagnie reste à déterminer, et la fusion devrait être achevée à la mi-2022.

Selon le dossier provisoire disponible avec le communiqué de presse, les conseils d’administration des deux éditeurs « estiment que la fusion a une logique stratégique convaincante et représente une opportunité attrayante de créer une nouvelle entreprise de cybersécurité grand public leader du secteur, en tirant parti des marques établies, de l’expertise technique et de l’innovation des deux groupes, pour offrir des avantages substantiels aux consommateurs, aux actionnaires et aux autres parties prenantes. »

À la clôture de la fusion, Ondrej Vlcek, PDG d’Avast, rejoindra NortonLifeLock en tant que président et entrera au conseil d’administration de la société. En outre, Pavel Baudiš, cofondateur et membre du conseil d’administration d’Avast, devrait rejoindre le board de NortonLifeLock au titre de directeur indépendant. Vincent Pilette, PDG de NortonLifeLock, et Natalie Derse, directrice financière, resteront à leur poste au sein de la nouvelle société.

Un montant « étonnamment élevé », selon Omdia

La société fusionnée aura un double siège social à Prague et à Tempe, et sera cotée au NASDAQ ; NortonLifeLock y est actuellement évaluée sous le code NLOK.

L’histoire de NortonLifeLock est mouvementée. L’entreprise faisait auparavant partie de Symantec, fondée en 1982 et connue pour ses produits antivirus Norton. Au début des années 2000, Symantec est devenu l’un des plus grands éditeurs de solutions de cybersécurité du secteur, bien que la compagnie ait rencontré des difficultés plus récemment avec un certain nombre de changements de dirigeants et de restructurations. En 2014, Symantec a scindé son groupe en deux sociétés cotées en bourse : l’une spécialisée dans la gestion des données, l’autre dans la sécurité.

La division de sécurité d’entreprise a été acquise par Broadcom en 2019, tandis que l’activité restante d’antivirus grand public et de protection d’identités a changé de nom cette année-là pour devenir NortonLifeLock.

« [L'acquisition d'Avast est] principalement liée à l’expansion de NortonLifeLock sur son marché total adressable. »
Eric ParizoAnalyste, Omdia

Eric Parizo analyste chez Omdia, déclare auprès de SearchSecurity [propriété de TechTarget, également propriétaire du MagIT] qu’il pense que l’opération est « principalement liée à l’expansion de NortonLifeLock sur son marché total adressable. »

« Après avoir vendu ses divisions, les options de croissance [de NortonLifeLock] ont été quelque peu limitées », remarque Éric Parizo. « L’acquisition d’Avast donne à la société non seulement une base de clients beaucoup plus grande du jour au lendemain, mais aussi une opportunité d’étendre considérablement son empreinte, en particulier en Europe, où Avast a longtemps dominé alors que NortonLifeLock n’a pas été aussi fort. »

Il ajoute que si le prix est « étonnamment élevé », NortonLifeLock doit être confiant dans sa capacité à tirer parti de la nouvelle structure et à accélérer la croissance. « Je pense que la vente de la technologie de protection contre le vol d’identités de LifeLock à la base de clients d’Avast est un élément important de cette projection », estime l’analyse d’Omdia.

Pour rappel, en mars 2021, McAfee a vendu ses activités entreprise pour se concentrer sur le marché grand public. Mais c’est davantage la concurrence de Microsoft sur le segment antivirus qui motiverait cette fusion, selon Dave Gruber, analyste principal chez Enterprise Strategy Group, une société appartenant elle aussi à TechTarget.

L’ombre de Microsoft plane (aussi) sur le marché grand public

« Alors que Microsoft continue d’investir dans sa solution gratuite et intégrée Windows Defender, la pression du marché s’accentue pour Norton et Avast, nécessitant un support élargi des cas d’usage autour de la confidentialité des données des consommateurs et des services de sécurité externes, qui résonnent avec les attentes des consommateurs alors qu’ils font face à des craintes continues autour du vol de données personnelles, de l’usurpation d’identités et de la fraude », commente Dave Gruber dans un e-mail adressé à SearchSecurity. « Dans sa prochaine forme, NortonLifeLock a une chance de s’éloigner de Microsoft grâce à ses offres étendues, hébergées dans le cloud. »

SearchSecurity a demandé à NortonLifeLock si les dirigeants pouvaient expliquer davantage la décision de fusionner avec un concurrent proposant un produit antivirus très semblable au leur. Un porte-parole de la société a refusé de commenter et a renvoyé SearchSecurity à l’annonce de la fusion et aux documents destinés aux investisseurs précédemment publiés.

Dans le communiqué de presse, NortonLifeLock fait référence au potentiel de la fusion pour « renforcer la diversification géographique et faciliter l’expansion dans les segments SOHO [small office/home office]/VSB [very small business] ». Il s’agit également de consolider les partenariats BtoBtoC avec les OEMs.

Pour approfondir sur Protection du poste de travail

Close