Microsoft

Microsoft repousse Azure Stack et change son mode de vente

Les utilisateurs devront attendre 6 mois supplémentaires pour la sortie d’Azure Stack…qui sera finalement associé au serveurs des seuls Dell, HPE et Lenovo.

Les utilisateurs impatients de toucher du doigt le très attendu Azure Stack devront encore attendre un peu. Microsoft a repoussé la sortie de la solution à la mi-2017. Pour mémoire, Azure Stack doit proposer des capacités de Iaas et de Paas en mode on-premises sur la base d'une  pile cloud hyperconvergée prête à l’emploi basée sur Windows 2016. La solution a pour la première fois été présentée par Microsoft lors de la conférence Ignite en 2015 et l’éditeur avait à l'origine promis une sortie avant la fin 2016.

Mais ce retard n’est pas la plus mauvaise nouvelle pour certains utilisateurs. Car l'diteur a aussi décidé de changer la façon dont l’outil sera distribué. A l’origine, les clients devaient pouvoir déployer Azure Stack sur les serveurs de leur choix. Au lieu de cela, Microsoft prévoit désormais de proposer la solution sous forme d'appliances intégrées basées sur des serveurs  Dell EMC, HPE et Lenovo. L'éditeur n'exclut  pas, à terme "d'étendre l’écosystème des systèmes supportés »…en fonction des retours clients, mais il ne promet aucune date pour cette éventuelle extension.

Chez les utilisateurs, la réaction ne s’est pas fait attendre et dans la plupart des cas, elle est plutôt sévère.

« Pour les clients Azure, [le lancement d'Azure Stack est l'événement] le plus importante depuis longtemps. Pour eux, cette annonce est décevante », soutient un architecte logiciel d’une grande société de services. « Offrir 6 mois de répis supplémentaires aux concurrents n’est pas une bonne chose. Et puis, les utilisateurs avec lesquels je travaille n'apprécient pas être contraints d’aller vers Azure Stack avec un choix limité à 3 fournisseurs (de hardware). »

Azure Stack était censée être un moyen rapide pour adopter Azure et utiliser la solution même là où Microsoft ne dispose pas d’un data center à proximité. Mais lson développement s’avèrerait être plus difficile que prévu pour Microsoft et cette nouvelle stratégie autour d’Azure Stack représente le plus gros changement en terme de go-to-market depuis l’arrivée de Satya Nadella au poste de CEO, affirme Holger Mueller, vice-président et analyste principal chez Constellation Research.

« Je suppose que les partenaires voulaient gagner plus d’argent et que, de son côté, Microsoft a réalisé qu’ils ne pouvaient pas revendre la solution sans partenaire », ajoute-t-il.

« Microsoft aurait pu facilement éluder les objections des utilisateurs quant aux choix de seulement trois constructeurs, en offrant également la solution sous une seule forme logicielle », explique Carl Brooks, analyste travaillant chez 451 Research.

« Je ne comprends pas la logique de limiter le choix côté hardware », poursuit-il. « Microsoft aurait pu l’offrir uniquement sous une forme logicielle et dire aux utilisateurs de choisir leur propre constructeur de serveurs. »

Donnant  le bénéfice du doute à Microsoft, Carl Brooks ajoute qu’il est également possible que la décision de l’éditeur puisse avoir été dictée par les demandes de clients qui, dans de nombreux cas, n’ont pas les ressources internes nécessaires pour installer et implémenter correctement la solution.

Pour Microsoft, il s’agit de proposer Azure Stack comme un système clé en main, répondant à la demande  des clients. Il s'agit de trouver « un  compromis acceptable en matière de couche d’infrastructure et de raccourcir le temps entre l'achat et la mise en oeuvre », assure Mike Neil, vice-président des activités Cloud entreprise chez Microsoft. « Nous allons nous reposer sur notre forte expérience dans le Cloud et les environnements datacenter pour optimiser l’expérience client », écrit-il.

Ces annonces de Microsoft interviennent alors qu’IBM et Oracle développent eux-aussi leurs propres offres. Azure pourrait ainsi en pâtir en arrivant tardivement sur  le marché, alors que justement, il cherche à augmenter ses revenus issus du Cloud - avec la montée en puissance d’Office 365 », affirme Holger Mueller.

Cela dit, les effets ne devraient pas être si dramatiques puisque les entreprises ayant migré vers le Cloud public ne l’ont pas attendu, ajoute-t-il. Et parce que Azure Stack cible des DSI plus conservatrices, ce retard ne change en rien leurs plans – voire leur permet de mieux appréhender les changements majeurs.

« Les clients acquis à la cause Microsoft et les DSI ne réfléchissent pas en termes de trimestres », confirme Holger Mueller.

Le timing est essentiel pour un produit aussi stratégique qu’Azure Stack, au regard des concurrents de Microsoft, comme Amazon, pense quant à lui Al Gillen, vice-président infrastructure d’entreprise chez IDC.

« Chaque mois compte avec un tel outil et il est décevant de voir Microsoft le repousser », croit savoir l’analyste. Néanmoins, il pense que proposer Azure Stack sous la forme d’une appliance pré-intégrée avec des partenaires est profitable aux utilisateurs, « même si certains préfèrent choisir leur propre hardware ».

Traduit et adapté par la rédaction

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close