fabioberti.it - Fotolia

Habitat Builder : Chef renforce ses outils d’automatisation

L’automatisation de Build est associée à une courbe d’apprentissage assez raide pour les équipes DevOps. Chef Habitat Builder veut changer la donne en proposant des outils de scripting accessibles, et disponibles en SaaS.

L’automatisation de Build est un processus essentiel dans une chaîne DevOps, mais cela n’est pas facile à déployer, côté Ops. Chef Habitat Builder veut justement les soulager avec le modèle SaaS.

Ce service suit en fait le lancement de Chef Habitat, en tant que projet Open Source, en 2016, puis mis à jour début 2017 pour proposer des fonctions d’assistance à destination des entreprises. Ces fonctions portent sur des templates pré-définis pour Postgres et Wordpress, ainsi que sur des fonctions de gestion – plus centrées sur l’infrastructure - , comme la sauvegarde et la récupération de données, ou encore l’intégration avec Chef InSpec, l’outil de conformité de la marque.

Chef Habitat Builder s’intègre également avec GitHub pour relier l’outil d’automatisation de Build aux repositories de code. D’autres portent également sur Docker Hub, Kubernetes et Pivotal Cloud Foundry pour automatiser les déploiements de code vers des containers sur un Cloud public. Avec son modèle SaaS, Chef Habitat Builder a pour objectif d’accompagner les entreprises à la peine avec leurs outils sur site. L’outil supporte également les services des fournisseurs de Cloud, comme le CDN. Ce qui permet d’accélérer au final les déploiements.

« Si vous avez déjà été confrontés au chargement d’images Docker, vous savez de quoi il est question », explique Blake Irvin, ingénieur chez SmartB Energy Management, une société allemande spécialisée dans des solutions de gestion énergétique.

L’automatisation de Build vers les Ops

La réputation de Chef, celle qui consiste à dire que la courbe d’apprentissage est très raide pour les équipes Ops, remonte aux débuts même de la solution et de sa conception en langage Ruby. Un langage certes très tendance à l’époque mais peu abordable pour les non développeurs, soutient encore Blake Irvin. Celui-ci a remplacé Ansible par Chef Habitat chez SmartB en 2015.

Le cœur de Chef Habitat a été ré-écrit en Rust, un langage plus abordable, poursuit-il. Chef Habitat s’appuie également sur le standard Linux, tarball, ainsi que sur des scripts Shell, ce qui est généralement plus accessible que les outils d’automatisation DevOps. Cette approche permet de packager les applications, quel que soit le langage source – ce qui est devenu très tendance dans ce monde polyglotte.

Cela risque de perdre certains clients, qui, du moins lors de la conférence ChefConf en mai, n’avaient pas compris la différence avec le packaging d’applications Docker.

Le nouveau service n’est pas encore intégré à Chef Automate ou Red Hat OpenShift, même si cela est sur la feuille de route de la société. Les capacités de déploiements vers les clouds privés en sont encore à leur début – Chef Habitat devrait supporter les VM et les infrastructures bare-metal, mais ces fonctions sont encore à l’état brut, confirme Blake Irvin.

Gestion des configurations : le marché se redessine

La position des acteurs du monde de la gestion des configurations comme Chef se complique  au fur et à mesure que le DevOps gagne en maturité. Ils doivent maintenir une forme de proximité avec leur base d’utilisateurs, mais  aussi attirer l’attention les développeurs d’applications, qui sont de plus en plus décideurs en matière d’outils de déploiements. Chef et Puppet dominent pour le moment le marché. Toutefois, les développeurs peuvent aussi choisir parmi d’autres outils, comme Red Hat Ansible, SaltStack, AWS CloudFormation et Terraform de HashiCorp.

« Les Devs et les Ops ont le même objectif, mais pensent toujours différemment, alors que les entreprises sont de plus en plus matures vis-à-vis de DevOps », explique Stephen Elliot, analyse chez IDC. « Les sociétés comme Chef doivent identifier où en est un client dans sa courbe d’apprentissage. »

A l’origine, Chef cible les développeurs, mais reconnait que sa clientèle doit évoluer. La société essaie donc d’élargir sa cible avec des produits comme Chef Habitat Builder, soutient l’analyste. « Les DSI et les dirigeants sont sous pression pour transformer leurs activités et accélérer leurs cycles de développement d’applications. » 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close