Jr Casas - Fotolia

Revue de presse : les brèves IT de la semaine (13 octobre)

VISEO se renforce en Asie et open-source son AI - L’emploi IT se dégrade en France - Rachat de la Flash de Toshiba : premiers défis pour Bain Capital - Alibaba investit 15 Md$ dans sa conquête du Cloud - Blockchain : Batavia veut huiler les échanges internationaux

LeMagIT revient chaque vendredi sur les actualités qui animent l'écosystème IT. Voici les 6 brèves de notre revue de la semaine.

VISEO se renforce en Asie…

Lundi, l’ESN française VISEO a annoncé l’acquisition de NAIT Consulting Services, un pure player Salesforce basé à Singapour. Le rachat confirme à la fois le dynamisme du CRM et celui de la zone Asie. Elle est également symbolique du « savoir-faire » français dans les services IT, un secteur qui sait s’exporter (dans le sillon de Capgemini).

VISEO est désormais présent à Singapour, Hong-Kong, Cebu et Manille (Philippines), Sydney et Melbourne, et Surabaya (Indonésie). Avec NAIT, le nombre d’employés dans la zone va doubler, passant de 45 à une centaine. « De quoi pérenniser un rôle d’acteur majeur de la transformation digitale en Asie », se félicite l’ESN.

La société est également implantée aux Etats-Unis (35 personnes à New-York) et au Maroc (Casablanca).

… et open-source son AI

Autre actualité de VISEO, tout aussi symptomatique du secteur : le lancement officiellement de VISEO Bot Maker.

« VISEO Bot Maker est une plateforme open source qui facilite la conception et le développement de chatbots », explique la société qui, en proposant un service -et pas simplement de l’intégration ou du conseil – incarne bien la différence entre ESN et SSII avec ce pied dans l’édition.

« Pour accompagner l’industrialisation de ces nouveaux services, nous avons fait le choix de l’open source car il est indispensable aujourd’hui d’offrir d’autres voies que celles proposées par le marché. C’est une alternative aux solutions très verticales et intégrées des GAFA, et à celles très jeunes proposées par un foisonnement éclectique de start-up au destin fragile », commente sur ce point Éric Perrier, directeur général de VISEO.

L’emploi IT se dégrade fortement (Pôle Emploi)

Les chiffres de Pôle Emploi sur le secteur informatique ne sont pas bons. Sur le dernier trimestre (juin-juillet-aout, les statistiques étant publiées avec un mois de décalage), la progression du chômage dépasse les 10 % pour la catégorie A (+11%). Comparé à aout 2016, la situation s’est dégradée dans les mêmes proportions (+ 10%), les sans-emplois passant de 16.000 à 17.410 pour le secteur.

Toutes catégories de chômage confondues, le nombre de demandeurs d’emploi dans l’IT s’élève à 26.700 personnes. Ce pic estival est cyclique mais la reprise de rentrée n’empêche pas une dégradation continue depuis 2011.

Flash NAND : premiers problèmes à régler pour l’acheteur de la Flash de Toshiba

Les dossiers concrets commencent pour Bain, le fonds qui a remporté officiellement les enchères pour le rachat de la Flash de Toshiba. Pour financer les 18 milliards de dollars, et bien qu’épaulé par des géants come Apple ou Dell, Bain Capital a fait savoir cette semaine qu’il avait pour objectif d’introduire en bourse cette entité d’ici trois ans.

D’ici là, il lui faudra régler le litige – porté en justice – avec un autre prétendant au rachat. Western Digital, partenaire industriel de Toshiba après le rachat de SanDisk, entend bloquer la vente au nom d’un droit de regard sur cette entité Flash NAND. Certainement pour arrondir les angles, Toshiba a annoncé ce vendredi qu’il envisageait une nouvelle unité de production en collaboration avec SanDisk.

Enfin, Bain Capital doit obtenir l’approbation de plusieurs organismes nationaux en charge de la concurrence. Comme Toshiba est très pressé de vendre pour renflouer des comptes plombés par sa branche nucléaire aux Etats-Unis, le processus en Chine a débuté dès le lendemain de la signature. Oui mais voilà, la Chine voit d’un mauvais œil que l’attelage vainqueur – concurrent d’un autre mené par Foxconn - inclue le coréen SK Hynix. Le problème pourrait donc devenir (encore plus) politique pour Bain.

Le chinois Alibaba investit 15 milliards dans sa campagne de conquête du Cloud mondial

Alibaba, l'Amazon chinois, a lancé mardi un programme de 15 milliards de dollars pour ouvrir des centres de recherche à l'étranger. Tout comme son homologue américain, le e-commerçant se diversifie dans la fourniture de services IaaS et PaaS.

Alibaba lancera des centres R&D en Israël, aux États-Unis, en Russie et à Singapour. Cent chercheurs seront embauchés pour travailler sur l'intelligence artificielle, l'informatique quantique et d’autres technologies comme le Big Data.

Depuis 2016, Alibaba a ouvert des datacenters en Europe, aux États-Unis, au Moyen-Orient, en Australie, au Japon, en Inde et en Indonésie. Sans oublier un centre de R&D en Californie.

En clair, Alibaba Cloud va consacrer un financement pharaonique – épaulé par Pekin - pour poursuivre sa conquête du monde. Tout comme son frère ennemi Huawei.

Batavia : le projet Blockchain pour huiler les échanges internationaux

Commerzbank, la Bank de Montréal, Erste Group Bank et CaixaBank SA ont rejoint l'initiative lancée par UBS et IBM pour développer une Blockchains qui motorise les opérations de financement des transactions commerciales internationales.

Le projet - « Batavia » - a pour but d’aider les banques et leurs clients à automatiser des processus qui restent très manuels et très papiers. Il devrait permettre aux parties prenantes de suivre une cargaison à partir de l’envoie jusqu'à son arrivée à destination.

La « Trade Finance » est considérée par IBM comme un bon cas d’usage pour la Blockchain. Un échange entre exportateur et importateur fait en effet intervenir de nombreux acteurs (institutions, banques, acheteurs, vendeurs, transporteurs, contrôleurs, etc.). Actuellement, chaque participant tient ses propres registres, ce qui entraîne régulièrement des  erreurs et donc des retards. Pour y remédier, Batavia veut centraliser ce registre.

Batavia utilisera également les « smart contracts » pour appliquer automatiquement les termes d'un accord comme le paiement des prestataires au fur et à mesure de la réalisation des étapes du processus commercial.

Le PoC devrait être lancé au premier trimestre 2018.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close