Cet article fait partie de notre guide: Comment simplifier son projet VDI

Domial simplifie l’administration de ses clients légers avec Res Software

L’environnement de clients légers du groupe Domial croulait sous les règles, multipliées par la diversité des applications mises à disposition des utilisateurs en réponse à la variété de leurs métiers. Les outils de Res Software ont permis d’améliorer l’administration et l’expérience utilisateur. Tout en ouvrant de nouvelles perspectives.

Cela méritait effectivement un peu d’optimisation. Mathieu Pilarz, DSI de Domial, groupe alsacien spécialisé dans le logement et aménagement urbain, explique administrer un important parc de terminaux légers... avec rien moins que 150 règles GPO (Group Policies - Politiques de groupe) différentes «en raison de 150 applicatifs différents liés à nos nombreux métiers ». Une situation que ne manquait pas d’alourdir considérablement l’administration de l’environnement et même les ouvertures de session des utilisateurs : «dès qu’un client se connectait, Windows balayait toutes les règles avant de lui permettre d’accéder à son environnement de travail.» Avec près de 300 utilisateurs répartis sur 13 sites distants, c’est simple : Mathieu Pilarz estime que «nous étions arrivés un peu aux limites ».

Plus rapide et plus simple Le projet de migration de l’infrastructure TSE sur Windows Server 2008 R2 a été l’occasion d’avancer : «nous avons cherché des solutions pour faire évoluer la situation et simplifier l’administration.» Workspace Manager de Res Software a ainsi été retenu : «il fonctionne à l’inverse et n’applique les stratégies qu’à la demande, au lancement des applications, à chaud.» L’ouverture de session s’avère dès lors bien plus rapide : «seules des GPO minimalistes sont chargées» à ce moment-là. Mais les bénéfices ne s’arrêtent pas là et touchent aussi, sinon plus, à l’administration du parc. De fait, ses équipes ont pu «affiner les GPO, jusqu’au niveau de l’utilisateur individuel si nécessaire ». Alors que des règles doivent être modifiées pour certaines applications, «nous n’avons plus besoin de parcourir toutes les GPO existantes; il nous suffit de cibler l’application concernée ».

Une meilleure utilisation des ressources Si le passage à Windows Server 2008 R2 avait déjà permis de gagner en stabilité, Workspace Manager a également contribué à l’amélioration de la disponibilité de l’environnement avec «ses mécanismes d’optimisation de la mémoire et du processeur ». Mathieu Pilarz explique ainsi avoir limité la mémoire vive disponible par utilisateur : «si l’on atteint la limite, soit on ferme la session soit... on optimise avec Workspace Manager, en libérant la mémoire utilisée par les applications ouvertes en tâche de fond. Il se passe la même chose avec la charge du processeur. Je pense que cela participe aussi de la stabilité de l’ensemble.» En outre, ses équipes peuvent désormais «rafraîchir à chaud l’environnement TSE lorsque l’on fait des mises à jour parce que les règles sont appliquées au lancement de l’application et pas à l’ouverture de session. C’est utile notamment lorsque l’on ajoute une imprimante.»

De nouvelles perspectives Le projet a été conduit avec un partenaire local, sur la base d’une maquette déployée en parallèle de la ferme TSE existante : «nous avons installé et testé progressivement toutes les applications puis ciblé une dizaine d’utilisateurs clés pour un pilote.» Le projet a coûté environ 50 000 euros. Les gains «sont difficiles à chiffrer» mais avec une réduction de 60 % des délais d’ouverture de session, on imagine déjà des bénéfices de productivité. Et surtout, «la ferme est disponible à 99 %. Avant, il y avait au moins un serveur qui plantait toutes les deux ou trois semaines.» En tout, ses équipes administrent 12 serveurs TSE sur une base ESX, avec 24 Go de mémoire par machine virtuelle et deux machines virtuelles par serveur physique, pour environ 22 utilisateurs par serveur. Mais la capacité de modifier l’environnement utilisateur à la volée ouvre de nouvelles perspectives : «nous préparons un portail de selfcare automatisé pour certaines opérations à faible valeur ajoutée mais chronophages, comme l’ajout d’une imprimante ou un changement d’état civil.» Tout un catalogue de services est ainsi en gestation et devrait être lancé en fin d’année.

Dernière mise à jour de cet article : mars 2013

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close