Avec le Xeon « Dunnington », Intel s'attaque à AMD sur le haut de gamme

En lançant le Xeon MP « Dunnington » à six coeurs, Intel entend reprendre l'avantage sur AMD sur le marché des grands serveurs x86. Un marché en pleine croissance du fait du fait de l'adoption en masse par les grandes entreprises de serveurs x86 à quatre et huit voies dans le cadre de leurs projets de consolidation et de virtualisation.

Alors que s'ouvrait Vmworld à Las Vegas, Intel a annoncé ce lundi la disponibilité de la dernière version de sa puce Xeon pour serveurs multiprocesseurs, le Xeon « Dunnington » à six coeurs. La puce est la riposte du géant californien aux puces Opteron série 8300 d'AMD. 

Le Xeon « Dunnington » marque la fin de la route pour l'actuelle génération de Xeon à base d'architecture Penryn avant le basculement vers l'architecture Nehalem et son bus point à point QPI, un basculement prévu pour la fin d'année pour les Xeon DP et pour la fin 2009, pour les Xeon MP. L'avantage de ce Xeon hexa-coeurs est sa compatibilité avec les cartes mère existantes conçues pour l'actuel Xeon MP quadri-coeur « Tigerton » (ou Xeon 7300). Sa principale faiblesse reste l'utilisation du bus mémoire partagé d'Intel, même si Intel a tout fait pour en limiter l'impact (explosion de la taille des caches, accélération de la fréquence du bus...)

Gravé en technologie 45nm, Dunnington est censé fournir un gain de performance de l'ordre de 50% par rapport aux Xeon  5300 tout en consommant légèrement moins d'énergie que son prédecesseur - environ 130 W pour les versions haut de gamme et 90W pour les versions basse consommation, moins performantes. La puce dispose de 9Mo de cache de niveau 2 (3 Mo par paire de coeurs) et de 16 Mo de cache de niveau 3 (pour un total impressionnant de 1,9 milliard de transistors). Elle implémente également les dernières technologies de virtualisation d'Intel. 

Conçu pour la consolidation et la virtualisation

C'est en particulier ce marché de la virtualisation que vise Intel avec Dunnington. Le fondeur a bien noté le succès d'AMD sur le marché des grands serveurs x86 quadri et octo-processeurs dédiés à la virtualisation et ne pouvait durablement se permettre de laisser la voie libre à son concurrent. « Dunnington » permet ainsi à Intel de reprendre l'avantage en matière de performances sur l'Opteron 8300 pour les serveurs quadri-processeurs (il faudra toutefois étudier de près le rapport prix/performance et les autres caractéristiques comme la capacité mémoire maximale des cartes mères). En revanche, du fait de l'utilisation du bus point à point Hypertransport, AMD conserve l'avantage  de permettre la réalisation de serveurs x86 à huit socket sans développement de chipset particulier alors que le Xeon plafonne à 4 sockets. Il sera là aussi intéressant d'étudier le positionnement tarifaire des serveurs octo-processeurs Opteron par rapport aux quadri-processeurs Xeon « Dunnington ». En attendant bien sur la riposte d'AMD prévue dans le courant du premier semestre 2009.

Pour approfondir sur x86

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close