L'interopérabilité, le second souffle de Linden Lab

Linden Lab et IBM sont parvenus à téléporter des avatars Second Life dans un autre monde virtuel. Posant les fondations du principe d'interopérabilité entre environnements 3D. Alors que Second Life connait des troubles techniques et une concurrence de plus en plus affûtée, Open Grid Protocol, apporte une bouffée d'air au pionnier du domaine.

Une porte de sortie. IBM et Linden Lab, l'éditeur de Second Life, icône des mondes virtuels 3D en ligne, viennent d'offrir un second souffle aux environnements 3D.
Big Blue, l'un des plus gros groupe à avoir investi des millions de dollars dans Second Life – aux côté notamment de Dell, AMD, Intel et Microsoft pour la seule industrie informatique - , et Linden Lab viennent de poser la première pierre de l'interopérabilité entre mondes virtuels. Le principe est simple : avoir la possibilité, avec le même avatar, de voyager à travers plusieurs mondes virtuels 3D.  Soit l'illustration des prémices d'un profil 3D universel qui peut se « téléporter » d'un monde à un autre, tout en préservant ses spécificités, ses objets et ses préférences.

Techniquement, il s'agit de la première implémentation de l'Open Grid Protocol, un protocole développé, promu et hébergé par l'Architecture Working group (AWG), - groupe de travail ouvert à tous les développeurs depuis 2007-, dont le but est de permettre de connecter les fonctions de téléportation et de login entre mondes virtuels. Open Grid ne gère pas encore le transport des éléments de l'inventaire (là où sont stockés les objets que l'avatars possède dans le monde virtuel) ou les spécificités de l'avatar.

Ainsi, les deux partenaires sont parvenus à faire transiter un avatar à partir d'une plateforme Second life intégrant Open Grid (Second Life Preview Grid) vers un serveur OpenSim préparé par Big Blue. OpenSim est un environnement Open Source de déploiement et de développement de mondes virtuels. IBM reversera le code ayant servi au support d'Open Grid à la communauté OpenSim. Enfin, Linden Lab travaille à livrer une version du lecteur de Second Life supportant le sacro-saint protocole.
Le projet pourra également être testé par les développeurs. Linden Lab a démarré un projet baptisé Open Grid Public Beta, dont le but est de permettre d'évaluer l'implémentation d'Open Grid à Second Life et OpenSim, à leur propre création.

Améliorer la stabilité

Ce projet constitue un double défi pour Linden Lab, qui doit subir la concurrence de nombreux mondes virtuels de niche, mis en place par d'importants groupes pour séduire leur jeune clientèle (comme Home de Sony pour sa PlayStation). Cette capacité d'interopérer avec d'autres mondes décloisonne ainsi Second Life, qui reste ultra-généraliste.

Le second bénéfice pour l'éditeur est également de redorer le blason de sa plateforme technique, la fameuse « Grid », qui rencontrait de nombreuses coupures de services, de déconnexions et de bogues. Une instabilité qui provoquait la colère d'une clientèle devenue de plus en plus en exigente. Surtout, si cette dernière a bâti un commerce censé être lucratif sur la place de marché du monde virtuel.
Ce remue-ménage avait notamment provoqué le départ du CTO, Corey Ondrejka, en décembre 2007, puis celui de son PDG Philip Rosendale en mars dernier.
« L’interopérabilité n’est pas seulement importante pour l’entreprise, elle a aussi le potentiel d’améliorer la stabilité et l’évolutivité des mondes virtuels », commente d'ailleurs Ginsu Yoon, vice-président  Business Affairs chez Linden Lab dans un communiqué.

Pour approfondir sur Editeurs

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close