Revalorisée, l’indemnisation du chômage partiel passe à 75 %

Conformément aux engagements pris par Nicolas Sarkozy le 18 février, au lendemain de manifestations importantes sur fond de crise économique et de forte remontée du chômage, l'Unedic vient de valider la revalorisation de l'indemnisation du chômage partiel en France.

Conformément aux engagements pris par Nicolas Sarkozy le 18 février, au lendemain de manifestations importantes sur fond de crise économique et de forte remontée du chômage, l'Unedic vient de valider la revalorisation de l'indemnisation du chômage partiel en France. L’allocation sera portée à 75 % du salaire brut contre 60 % actuellement. Le différentiel sera pris en charge par l’Etat sur les 50 premières heures, puis par l’Unedic au-delà. En échange de ce soutien, les entreprises pratiquant le chômage partiel s’engagent à maintenir l’emploi pendant une durée deux fois supérieure à la période de chômage partiel et à proposer un entretien de professionnalisation aux salariés concernés.

Rappelons que Syntec Informatique, la chambre patronale des SSII et éditeurs, mène actuellement un travail de lobbying auprès des pouvoirs publics pour permettre l'accès de ses membres au dispositif de chômage partiel. Un dispositif auquel ont déjà eu recours certains prestataires de R&D externalisée, comme Segula et Assystem, travaillant notamment pour la filière automobile.

Pour approfondir sur Législation

- ANNONCES GOOGLE

Close