Doutes et incertitudes autour du projet indien de portable à 10 $

Le gouvernement indien préparerait un ordinateur portable à très bas coût, destiné principalement au monde de l’éducation. Un projet qui suscite de nombreuses interrogations. Sa réalité même pose question.

cheap laptop 313500 Rs, c’est le prix auquel le gouvernement indien indique vouloir proposer un ordinateur portable à très bas coût à la jeunesse du sous-continent afin d’aider à son éducation. Ce projet, lancé depuis 2007, n’en finit pas de susciter les interrogations. Selon Deepak Shikarpur, président du comité IT de la chambre du commerce, de l’industrie et de l’agriculture, de l’état indien du Maharastra (Mumbai), et président de l’association indienne pour l’informatique (Computer Society of India), le gouvernement indien entend bien proposer un ordinateur portable à 500 Rs, soit environ 8 euros, d’ici six mois. Un authentique portable complet avec mémoire vive, écran, clavier, et interface WiFi. Avec un bémol : en l’état, le projet n’en est encore qu’à l’état du concept, difficile à concrétiser de surcroît. Mais pour Deepak Shikarpur, une chose est claire : il est bien question que l’Inde subventionne fortement ce portable afin d’atteindre le prix de 500 Rs pour le client final. Nos confrères indiens d’IBN Live ont pu voir un prototype censé figurer le concept ; une photo reproduite ci-dessus avec leur autorisation.

dsc 1703Ce projet serait évidemment un camouflet pour le XO de l’OLPC (ci-contre), qui n’en n’a pas vraiment besoin. Mais, selon Times of India et The Hindu, le projet indien pourrait être bien loin de l’ordinateur portable annoncé, y compris par Deepak Shikarpur. Le premier quotidien parle de « pétard mouillé » pour qualifier ce que le second présente comme un dispositif de stockage portable très éloigné de l’ordinateur portable et conçu pour seulement permettre de transporter des données pédagogiques pré-installées sur l’appareil dans le cadre de projets d’e-learning. Bref, un produit très éloigné de l’image construite autour d’un important buzz sur Internet.

Mais, quelle que soit la nature réelle du projet du gouvernement indien, c’est sa capacité à se concrétiser qui pose question alors même que ce gouvernement piétine depuis des mois sur l’attribution des licences 3G, tiraillé entre le régulateur télécoms local, le ministre des Télécommunications, et celui des Finances.

Pour approfondir sur Formation

- ANNONCES GOOGLE

Close