Arkeia s'attaque à la sauvegarde des environnements virtuels

La version 8 du logiciel de sauvegarde de l'éditeur permet désormais de sauvegarder les environnements virtualisés VMware. Mieux, c'est l'ensemble du logiciel qui est aujourd'hui disponible sous la forme d'une appliance logicielle virtuelle, le tout avec une nouvelle console d'administration centralisée.

Connu historiquement pour ses produits de backup et notamment sa solution de sauvegarde des serveurs Linux, Arkeia s'attaque au marché de la sauvegarde des environnements virtuels. L'éditeur, dont la R&D est basée à Pantin, au Nord de Paris, a récemment bénéficié d'un nouvel apport de financement auprès d'investisseurs privés californiens. Il a aussi nommé un nouveau patron en la personne de Bill Evans l'ex patron de Parascale (stockage en nuage) et co-fondateur de Blue Martini Software. C'est ce nouveau CEO que nous avons rencontré à l'occasion du lancement de la version 8.0 d’Arkeia Network Backup, la dernière mouture du logiciel de sauvegarde de l'éditeur.

Cette nouvelle mouture a pour principale nouveauté de piloter la sauvegarde de serveurs virtuels distribués au travers d'une console d'administration centralisée. Le logiciel peut ainsi assurer la sauvegarde d'applications fonctionnant à l'intérieur d'une machine virtuelle, mais aussi assurer la sauvegarde de l'intégralité d'une VM depuis un agent spécifique pour VMware ESX Server et ESXi. Cette gestion des environnements virtualisés VMware, qui s'appuie sur les fonctions de snapshot d'ESX Server, vient s'ajouter au déjà large support plate-forme de l'éditeur (qui propose 130 agents pour la plupart des OS du marché, dont une large variété de distributions Linux gratuites et commerciales, Windows, Mac OS X...).

arkeia

Un logiciel disponible sous la forme d'une appliance virtuelle

Arkeia propose aussi désormais son logiciel sous la forme d'une appliance virtuelle prête à l'emploi pour ESX Server. « En livrant nos outils sous la forme d'une appliance virtuelle, nous simplifions leur installation et leur déploiement » explique ainsi Bill Evans. « Surtout, nous proposons désormais trois modes de déploiement adaptés aux besoins de tous nos clients : sous forme de logiciel traditionnel, sous forme d'appliance physique et sous forme d'appliance virtuelle ».

L'appliance virtuelle vise notamment le marché des PME mais aussi celui des grands comptes, qui ont besoin de disposer de fonctions de sauvegarde locales dans leurs agences mais qui souhaitent piloter l'ensemble depuis un point centralisé, ce que permet la nouvelle console d'administration d'Arkeia. L'éditeur maintient aussi son positionnement agressif en termes de prix et estime proposer des fonctionnalités similaires à celles de ses grands concurrents pour moitié moins cher. L’appliance virtuelle livrée avec trois agents de sauvegarde devrait ainsi être vendue à partir de 2 000 € . Un prix agressif dont l'éditeur entend faire un argument commercial  pour séduire de nouveaux clients en temps de crise. Arkeia est aujourd'hui utilisé par près de 7 000 entreprises dans le monde, essentiellement aux Etats-Unis et en Europe de l'Ouest

Notons pour terminer qu'Arkeia travaille désormais au support des environnements Hyper-V et XenServer, tant au niveau agent qu'au niveau du support de son appliance virtuelle. Dans ce dernier cas, les choix technologiques effectués par les ingénieurs de la firme pourraient faciliter le travail. L'appliance virtuelle d'Arkeia est en effet packagée au format OVF, le format ouvert de machine virtuelle définie par la DMTF.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close