Google affine les fonctions de contrôle de son nuage App Engine

Google sort deux modules de surveillance d'App Engine. Objectif : rendre transparente la mécanique du nuage pour rassurer les utilisateurs et encourager d'autres à l'adopter. Status System et Quota Details Dashboard couvrent la fiabilité et la consommation des ressources de chaque application.

Google a fait très discrètement un pas en avant dans le monitoring du nuage. Alors que l'attention des entreprises semble se concentrer sur les offres de services d'Amazon Web Services en termes de Cloud Computing, le groupe de Mountain View, pour muscler son offre, vient de doter App Engine, son moteur d'applications en nuage, de plusieurs outils de surveillance et de contrôle. Objectif : gagner un peu plus la confiance des utilisateurs en jouant la carte de la transparence sur ses services – surtout en cas de panne -  et balayer ainsi d'un revers de la main les problématiques de fiabilité et de sécurité dont souffre, pour parti, le nuage.

Présenté comme un concurrent direct d'EC2 (Elastic Cloud Computing) d'Amazon, App Engine propose un environnement pour le développement d'applications hébergées en tirant profit de la formidable infrastructure réseau et de datacenters de Google. Comme l'ensemble des offres qui reposent sur ce principe de données et de traitement distribué, App Engine, encore en bêta, doit
rassurer les entreprises sur sa fiabilité. Les DSI craignant, d'une part de voir s'éparpiller leurs données dans la nature, et d'autre part, d'y placer leur infrastructure sans véritable garantie de niveau de service et de monitoring.

Status System et Quota Details Dashboard, les deux services de contrôle mis en place par Google doivent ainsi répondre à cette problématique, en ouvrant un peu plus la mécanique de son nuage aux yeux de ses utilisateurs.
Status System propose un tableau de bord qui permet de visualiser dans le détail la santé des différentes API (Application Programming Interface) d'App Engine, en prenant leur pouls toutes les minutes. Latence et taux d'erreurs sont regroupés dans un graphique  journalisé. Les fonctions Datastore, Images, Mail, Memcache, Serving, URL Fetch, et celles liées à la gestion des utilisateurs sont « écoutées ». Brett Slatkin, membre de l'équipe App Engine, explique sur le blog dédié au projet, que « ce tableau de bord sera également utilisé pour communiquer sur les arrêts volontaires et plannifié du service et pour expliquer les problèmes qui affectent les applications App Engine ».

Quota Details Dashboard proposera quant à lui de surveiller les consommations journalières de CPU, de bande passante et de requêtes des applications. Pour ainsi contrôler le niveau de consommation des ressources qui restent limitées. Par exemple, une application App Engine ne peut pas expédier plus de 2 000 emails par jour, ou encore traiter plus de 650 000 requête HTTP par jour, comme l'indique le système de quotas mis en place par Google.
A terme, quand l'environnement sortira de sa phase de « Preview », les développeurs pourront acheter des ressources supplémentaires, à la carte.
Google confirme par ailleurs préparer un module pour en simplifier le pré-paiement. Dans ce même blog,  Brett Slatkin explique que l'utilisateur pourra fixer un budget journalier qu'il répartira en fonction des différentes API consommées et dépassant les quotas gratuits.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close