En mettant la main sur ECS, Econocom prend du poids dans les services aux infrastructures

Entré en négociations exclusives avec la Société Générale pour le rachat de sa filiale ECS, le groupe de distribution et de services Econocom s'apprête via cette opération à doubler de taille. Et à se poser en acteur indépendant de poids de la gestion des infrastructures en France. Une place laissée vacante par Ares.

La société de services Econocom annonce aujourd'hui être entrée en négociations exclusives avec la Société Générale, pour le rachat de sa filiale ECS, spécialiste de la location évolutive. En 2009, cette dernière a réalisé un chiffre d'affaires de 840 M€, en normes IFRS (une activité en décroissance par rapport à 2008). Les activités de location représentent environ 90 % du total. ECS, qui emploie plus de 1 500 personnes dans 17 pays, dispose également d'une activité services axée sur les prestations d'exploitation. ECS s'était récemment renforcé sur ce créneau en reprenant l'activité d'infogérance de serveurs iSeries et AS/400 d'EDS, au moment du rachat de la SSII par HP.

Un même fondateur

Il s'agit donc d'un gros morceau à avaler pour Econocom qui, par cette opération, doublerait de taille. En 2009, cet acteur de la distribution et des services (là aussi très tournés vers les infrastructures) a en effet réalisé un chiffre d'affaires de 759 M€ (6 % de croissance). "Le nouvel ensemble réaliserait un chiffre d’affaires de 1,6 milliard d’euros et bénéficierait des fortes complémentarités des deux groupes notamment en termes d’implantations géographiques, de portefeuilles clients et d’expertises métiers", indique Econocom dans un communiqué. Signalons que les deux sociétés partagent le même fondateur, Jean-Louis Bouchard, aujourd'hui président d'Econocom. "En réunissant les équipes d’ECS et d’Econocom, nous pourrions constituer le premier groupe européen de gestion des infrastructures technologiques indépendant des constructeurs et des opérateurs, avec l’ambition de devenir le numéro 1 des services de mobilité aux entreprises", explique ce dernier. "Nous sommes parfois présents chez les mêmes clients, mais pas sur les mêmes gammes de matériels", précise Jean-Philippe Roesch, le directeur général, pour mieux illustrer cette complémentarité.

Société Générale devient apporteur d'affaires et refinanceur

L'offre de rachat d'Econocom valorise ECS à hauteur de 210 M€. Plus de la moitié de cette somme (120 M€) proviendrait d'un endettement financier du groupe. Le reste serait financé par une montée au capital de la SG (à hauteur de 30 M€, soit 9 %), par une augmentation de capital de 50 M€ - que le groupe diffère toutefois, attendant de meilleures conditions de marché (Econocom contractant dans l'intervalle un prêt relais) - et par 10 M€ de trésorerie disponible. A l'issue de l'opération, Jean-Louis Bouchard contrôlerait toujours 45 % du capital.

"La transaction renforcerait les relations existant déjà entre Econocom et Société Générale, qui est l’un des principaux refinanceurs de son activité de location, indique le groupe dans un communiqué. Elle s’accompagnerait en effet d’un accord de partenariat pluriannuel portant notamment sur l’apport d’affaires et le refinancement de l’activité de location du nouveau groupe par Société Générale". Le projet de rachat doit maintenant être présenté aux instances représentatives du personnel des deux groupes.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close