Nginx : le serveur Web Open Source qui veut contrer Apache

Selon les derniers chiffres Netcraft, le serveur Open Source venu de Russie, Nginx, est le seul à avoir progressé à la fin 2011, dépassant pour le coup IIS en légère perte de vitesse. Signe de la montée en puissance d’une technologie qui a su séduire les fonds d’investissement en 2011 et s’est préparé à attaquer le marché avec une entité commerciale.

Le changement de modèle économique ainsi que la création d’une société commerciale ne semble pas avoir refroidi la communauté d'utilisateurs du serveur Web Open Source Ngin. C'est en tout cas ce que confirment les chiffres publiés par Netcraft, dans son dernier rapport de janvier 2012.
Selon ses résultats, le serveur Web Open Source conçu en 2002 par le Russe Igor Sysoev et ouvert en 2004, se positionne de plus en plus comme un acteur clé du marché, capable de rivaliser avec le très populaire serveur Apache HTTP. Surtout, et c’est un point clé de ce rapport, si en parts de marché, il occupe toujours la 3e place du classement, Nginx vient de dépasser IIS, le serveur Web de Microsoft selon l’indicateur des sites actifs (Netcraft distingue en effet dans son baromètre les «Hostnames» - les DNS réservés - , et les sites actifs ayant un DNS pointant vers un site).

Ainsi, selon le dernier comptage de Netcraft en janvier 2012, Nginx motorise 12,8% des sites dits actifs, en hausse de 0,57 point par rapport à décembre 2011. Le serveur Web est installé sur un parc de 22 222 514 sites Web ; ce qui représente donc un gain de 1,9 million de sites supplémentaires en un mois. Cette croissance s’est visiblement faite au détriment des autres serveurs du marché. A commencer par IIS : le serveur Web de Microsoft perd 0,17 point en un mois. Ce fléchissement certes minime fait toutefois perdre une place à IIS qui se retrouve rétrogradé à la 3e place. Avec un parc 22 142 114 sites Web, le serveur Web de Microsoft se retrouve désormais derrière Nginx.

capnetcraftjpg

Apache HTTP, quant à lui,domine largement le marché, avec 57.93% des sites web actifs, mais enregistre lui aussi une baisse de régime entre décembre 2011 et janvier 2012 de 0,28 point.

Allumage imminent de la fusée Nginx


La rampe de lancement de Nginx est-elle alors activée ? Il est clair que depuis juillet 2011, l’éco-système du serveur Web a connu quelques bouleversements. En juillet 2011, son concepteur, face à une adoption grandissante chez les grands noms de l’Internet (Facebook, Dropbox, Wordpress, Hulu, par exemple), a décidé d’encadrer le développement de Nginx en créant une société commerciale. Le modèle économique de cette entité repose sur la vente de support et de développements spécifiques au dessus du serveur Web, qui quant à lui reste sous sa traditionnelle licence Open Source BSD.

La technologie de Nginx diffère de celle d’Apache dans sa capacité à répondre aux besoins de connexions en volume des sites Web actuels, à fort trafic. Il permet ainsi de gérer un grand nombre de connexions utilisateurs simultanées (au delà des 10 000 connexions). Des capacités qui lui ouvrent des débouchés dans le Cloud et le CDN notamment comme l’indique son créateur - également Pdg de la société - Igor Sysoev, chez nos confrères de Free Software Magazine.

La version 2.0 de Nginx actuellement en préparation, vise à gagner encore plus de terrain, en proposant notamment  une meilleure compatibilité avec Apache, des possibilités de configurations simplifiées, un support des interpréteurs en natif (comme celui de PHP) et le support de modules dynamiques - comme Apache donc.

C’est certainement cette feuille de route ainsi que les possibilités d’extension vers le Cloud qui ont séduit les fonds d’investissements MSD Capital (le fonds de Michael Dell), BV Capital et Runa Capital, en octobre 2011. En recevant 3 millions de dollars, la société a de quoi accélérer sa croissance et grignoter petit à petit les parts de marché d’Apache.

Pour approfondir sur Internet et outils Web

- ANNONCES GOOGLE

Close