iKoula passe ikeeping cloud à l’illimité pour contrer les poids lourds du Cloud français

Le Français iKoula, spécialiste du Cloud, a décidé de passer sa solution de sauvegarde et de synchronisation dans le nuage à l’illimité pour se frayer une chemin sur un marché hexagonal de plus en plus concurrentiel.

Pour ne pas rester dans l’ombre des gros conglomérats Cloud qui ont pris place en France ces derniers mois, iKoula, un spécialiste du nuage, a décidé de jouer la carte de l’innovation, côté offre, pour se distinguer. Au programme : une refonte de sa gamme ikeepinCloud, son offre de sauvegarde et de synchronisation dans le cloud, qui passe désormais à une formule au forfait illimité pour 19,99 euros par mois.

 Ce changement d’orientation a plusieurs explications. La première, résume Maxime Lecourtois, Chef de Produit ikeepinCloud d’Ikoula, s’apparente davantage à une volonté du marché. «Nous avons discuté avec nos clients de leur besoin de ne pas calculer l’espace nécessaire pour réaliser leur sauvegarde. Avec l’ancienne formule, nos clients changeait de packs régulièrement», indique-t-il. L’offre précédente était composée d’une formule de sauvegarde jusqu’à 400 Go ainsi qu’une seconde basée sur un calcul d’espace sur mesure. Mais «cette dernière était devenue la formule la plus demandée», souligne-t-il. La plate-forme, localisée dans le data center de Reims de la société, a du ainsi être redimensionnée pour accroitre sa capacité et permettre la mise au point de l’illimité.

 S’appuyant sur la stratégie de Dropbox, qui a récemment doublé sa capacité, il indique que l’illimité forme ainsi une tendance sur le marché. «Nous avons donc anticipé afin de mieux nous positionner». L’illimité vise ainsi à donner un coup d’avance à iKoula par rapport à la concurrence dont les offres peinent encore à voir le jour sur ce terrain.

 Il faut dire qu’en France, iKoula fait partie de ces PME françaises qui travaillent depuis longtemps sur le cloud, mais qui se retrouvent confrontées depuis quelques mois à l’arrivée de poids lourds sur le marché du cloud hexagonal. On pense notamment au conglomérats financés en partie par l’Etat comme Cloudwatt (Orange - Thalès) ou Numergy (SFR - Bull), mais également Canopy, la nouvelle entité cloud d’Atos, sans oublier le récent accord entre Microsoft et Bouygues Telecoms et encore celui entre HP et SFR.

 Ne pas rester dans l’ombre des Numergy ou Cloudwatt

 Du coup - et c’est là la seconde explication de cette nouvelle orientation - , cette formule illimitée a bien pour vocation de renforcer la visibilité d’iKoula sur le marché , plutôt que de vivre dans l’ombre de ses grands ensembles. Mais la société mise plutôt sur l’innovation de l’offre, que sur des financements publics - du moins pour Cloudwatt et Numergy. «Rester sur les mêmes offres ne nous permettait pas de nous différencier».

 Ce passage à l’illimité marque également la volonté d’Ikoula de changer de braquet et d’aller chercher de plus façon plus compétitive les entreprises. Cela illustre «l’abandon de la clientèle de particuliers, moins concernés par l’illimité, pour se concentrer sur les entreprises», explique-t-il. En gros, une cible de PME et d’ETI, et surtout de SSII «où l’illimité se justifie». Ikoula confirment également que des grands comptes se sont rapprochés de la solution, mais que la clientèle est essentiellement PME.

Coté intégration, pas de modification. Ikeepincloud repose toujours sur des API, qui permettent d’intégrer le service de sauvegarde au coeur des applications de certains partenaires. Sans logiciel client donc. 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close