Citrix met CloudStack à l'Open Source pour séduire les clients VMware

Citrix égratigne VMware en plein VMworld 2011 en annonçant la première mise à jour de CloudStack, depuis le rachat de Cloud.com en juin dernier. Au programme, le support de vSphere et une ouverture du code de CloudStack. Un attirail taillé sur mesure pour les clients de VMware, aux prises avec des coûts trop élevés, nous rappelle alors Citrix.

Citrix a décidé de faire monter la pression dans l'infrastructure Cloud, et de profiter de l'ouverture de VMworld 2011 pour lancer une pierre dans le jardin de son concurrent, VMware. Le spécialiste de la virtualisation a en effet annoncé la mise à l'Open Source de l'infrastructure en nuage CloudStack (désormais en version 2.2.10), la technologie de Cloud.com, rachetée en juin dernier pour 200 millions de dollars. Un coup d'accélérateur de Citrix qui entend ainsi frapper de son sceau le marché de l'infrastructure Cloud, pour au final pousser Xen.

En juin dernier, le rachat de Cloud.com avait une nouvelle fois mis en lumière l'affrontement que se livrent les partisans de Xen d'un côté (Citrix, Oracle, Amazom, RackSpace) et ceux de VMware de l'autre. Cloudstack, le Iaas de la société, a notamment séduit de nombreuses start-ups (à l'image de Zynga), mais également l'un des plus importants opérateurs Cloud, Korea Telecom. A l'époque, le groupe avait parlé d'ouverture, mettant en avant sa volonté de poursuivre la stratégie de Cloud.com, notamment liée au support de tous les hyperviseurs du marché.

Dans un billet de blog, un responsable des équipes de CloudStack explique avoir fusionné les deux branches de développement de l'infrastructure en une seule et unique  branche Open Source, garantissant ainsi un code "100% Open Source". Selon nos confrères de The Register, ce code serait placé sous licence GPL3.

Mais ce n'est pas tout. Citrix ne s'est pas contenté d'ouvrir son infrastructure. Le groupe, bombant un peu plus le torse face à VMware, a ajouté le support de vSphere à sa pile CloudStack. Une façon pour lui d'ouvrir en grand les bras aux clients de VMware. Citrix, par ailleurs, n'hésite pas à griffer la firme de Paul Maritz dans son annonce. Pointant notamment du doigt la désormais populaire "vTax", qui symbolise les coûts élevés des licences VMware (et notamment du nouveau modèle de licence de vSphere 5). "En choisissant Citrix CloudStack, les clients VMware s'extraient non seulement des coûts liés au modèle propriétaire, imposés par VMware dans sa plate-forme, mais ils gagnent également en flexibilité et contrôle, grâce à la plate-forme Cloud Open Source la plus populaire du marché", se vante Citrix. Espérant ainsi faire basculer davantage de clients vers le monde Xen dont il est l'un des principaux promoteurs - le support d'Hyper-V est prévu pour le 4e trimestre.

Et pour cause. En se payant Cloud.com, Citrix a mis la main sur un équipe d'experts du monde Xen. En ouvrant CloudStack, le groupe compte certainement commercialiser des offres de services associés et de développement tiers, qui reposeront alors sur l'hyperviseur Open Source. Une chance pour Citrix de vendre un peu plus de Xen ?

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close