Mise à jour vers Windows 7 : au-delà de 25 PC, ce sera tarif plein pour les entreprises

Pour Microsoft, la PME s’arrête-t-elle à 25 utilisateurs ? L’éditeur interdit en effet la mise à jour à prix réduit de Vista vers Windows 7 au-delà de 25 postes concernés. C’est mieux qu’au lancement de Vista, mais toujours trop peu pour Gartner qui y voit la volonté de l’éditeur de pousser ses licences au volume.

Les PC achetés avec Windows Vista depuis le 26 juin et jusqu’au 31 janvier prochain pourront, dans la plupart des cas, être mis à jour vers Windows 7 gratuitement ou à un prix réduit, à partir du 22 octobre prochain, date de lancement du nouvel OS client de Microsoft. HP, Lenovo ou encore Dell ont déjà communiqué les modalités de ce programme de mise à jour préférentiel.

Mais l’offre est limitée. HP explique ainsi sur son site Web (question n°11 de la FAQ dédiée), qu’il ne sera pas possible de commander des kits de mise à niveau pour plus de 25 postes de travail. Au-delà de ce seuil, il faudra se tourner vers Microsoft et ses offres de licence en volume. Lors du lancement de Vista, le seuil avait été fixé à 5 postes.

Dans une note, l’analyste Michael Silver, du cabinet Gartner, relève ainsi que les entreprises pour lesquelles plus de 25 PC sont concernés « devront enrôler ces PC dans la Software Assurance, avec un coût supplémentaire, pour obtenir le droit de les faire évoluer vers Windows 7. »

Gartner conseille de négocier

Et de souligner une autre limitation au programme proposé par Microsoft : les entreprises ayant demandé à voir leurs PC livrés sous Windows XP plutôt que Vista n’auront que 18 mois après le lancement Windows 7 – ou la sortie de son premier service pack, selon ce qui survient en premier – pour solliciter une mise à jour gratuite vers le nouvel OS. Pour Michael Silver, « Microsoft conçoit ces limitations pour persuader les organisations de conclure des accords d’entreprise, adopter la Software Assurance ou acheter des mises à jour pour obtenir le droit d’utiliser Windows 7. »

Et le cabinet de recommander aux entreprises de tenter de négocier avec leurs fournisseurs des mises à jour gratuites pour tous les PC achetés – « les grands OEM gèrent leurs propres programmes, ont la latitude pour le faire et ont déjà fait des exceptions pour les entreprises par le passé. » A défaut, Michael Silver recommande de limiter les achats à 25 PC avant la sortie de Windows 7 ou bien, en dernier recours, d’examiner les bénéfices éventuels d’un passage à la Software Assurance. 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close