SOA : les entreprises étaient moins intéressées en 2008

Forrester dépeint des entreprises qui ne savent plus trop sur quel pied danser en matière de SOA. Si c'est bien l'intégration des applications internes qui a motivé en 2008 les entreprises à adopter les architectures orientées services, elles ont abordé les projets un peu moins sérieusement.

Mi-figue, Mi-raisin. En 2008, l'adoption de la SOA aura été en demi-teinte, révèle le cabinet d'étude Forrester, dans son rapport « The State of the Entreprise Software : 2009 », qui analyse les tendances en 2008 pour connaître de quoi pourra être fait 2009.

Globalement, les entreprises sondées ont montré un plus faible intérêt dans les architectures orientées services qu'en 2007. « Celles qui se sont déjà engagées vont poursuivre leurs investissements, mais celles qui ont pratiqué des tests se concentrent désormais sur d'autres projets qui résolvent les problématiques d'intégration liées à la SOA, gardant à l'esprit une logique de coût dans leurs investissements ». Soit en clair, on verrouille et on capitalise.

Ainsi, 52 % des entreprises interrogées affirment avoir recours à la SOA, mais seulement 15% d'entre elles comptent poursuivre leur approche dans les 12 prochains mois. Elles étaient 16% en 2007. De ce même échantillon (52%, donc), 21% confirment utiliser la SOA mais sans stratégie d'entreprise vraiment établie (24% en 2007). Et 16% confirment à leur tour avoir inclus la SOA dans une stratégie d'entreprise (contre 25% en 2007).
Les entreprises restantes affirment à 32% de ne pas avoir programmé (ou ne pas poursuivre)  de stratégie SOA; 15% ne savent pas.

soajpg


Pour celles qui ont embrassé les architectures orientée services (52% donc), 75% le font pour répondre à des problématiques d'intégration interne (contre 82% en 2007). Seulement 30% pour des raisons liées à l'accès aux données et à l'information. Un changement radical car elles étaient 51% en 2007 à suivre cette motivation. Quelque 29% utilisent la SOA pour l'intégration externe (elles étaient 40% en 2007) et enfin, pour la transformation métier, à 29% (44% en 2007).

Une mutation dans les usages poussée par un climat économique morose, où la réduction des coûts et la rationalisation des investissements sont les mots d'ordre. Forrester indique que, globalement, les entreprises estiment à 82 % que réduire les coûts est la priorité n°1 (50% estiment cela « très important »,  31% « important »). Vient ensuite, à 77%, l'amélioration de l'intégration entre applications (35% estiment cela « très important »,  42% « important »).

A lire aussi

SOA : le retour sous forme de catalyseur cost-killer

Pour approfondir sur Architectures logicielles (SOA)

Close