ERP : le Polonais Comarch veut jouer les trouble-fête sur le marché des PME

Déjà présent en France via son offre pour les opérateurs télécoms, l'éditeur polonais Comarch (220 millions de CA en 2008) lance en France son offre d'ERP pour "petites" PME. Un secteur déjà largement couvert par des ténors comme Sage, Cegid ou Microsoft. Mais le Polonais mise sur des tarifs agressifs et sur une approche processus pour se faire une place.

comarchArrivé en 2005 à la faveur de la signature d'un contrat avec l'opérateur Bouygues Télécom, l'éditeur polonais Comarch (chiffre d'affaires de 220 millions d'euros en 2008, profit de 56 millions, 3 500 personnes) étend sa présence en France au-delà du seul marché des télécoms. L'éditeur, qui emploie déjà une quarantaine de personnes à Lille (conseil et assistance technique), Grenoble (R&D), et Paris (ventes), est en effet en train de déployer dans l'Hexagone - à commencer par la région Nord-Pas-de-Calais et la région parisienne - son offre d'ERP pour PME, Altum. C'est d'ailleurs dans la capitale des Flandres que l'éditeur a choisi d'installer son siège, inauguré cette semaine (en photo de gauche à droite David Gourdelier, le directeur de la filiale, Arkadiusz Ilgowski, directeur de la division PME, et Janusz Filipiak, le fondateur). Un choix lié à un autre contrat de Comarch, le liant à l'opérateur virtuel Auchan Télécom.

900 euros la licence avec BI et workflow

Dédié aux entreprises de négoce de moins de 250 personnes - un segment déjà largement labouré par des acteurs comme Sage, Microsoft ou Cegid -, Altum, en technologies .Net, se distinguerait de ses concurrents sur deux points, selon Arkadius Ilgowski : une approche par processus métier d'abord, qui tranche avec le traditionnel découpage en modules, et une étiquette prix clairement agressive. Selon les représentants de Comarch, une licence complète (intégrant fonctions de BI et workflow) revient à environ 900 euros par utilisateur. Ce prix descend à 500 euros pour une licence de l'ERP dépouillé (sans BI, ni workflow). Même si Janusz Filipiak, le professeur polonais qui a fondé la société en 1995, explique ne pas facturer la journée moins cher qu'un autre éditeur, l'aspect prix apparaît comme un des leviers permettant à cette société inconnue sur le marché français de conquérir de premiers clients sur le marché des PME. Comarch a décidé de commercialiser Altum en direct en 2009 et explique compter une poignée de comptes dans l'Hexagone. Le Polonais entend poursuivre son développement en recrutant un réseau de partenaires dès 2010.

Rachat dans les PGI en Allemagne

Bien implanté sur son marché national sur quatre marchés (secteur public, PME, distribution et télécoms), le groupe a essentiellement fondé son développement à l'international sur ses offres pour les opérateurs téléphoniques. La gestion des abonnés d'Auchan Télécom est ainsi assuré par Comarch, depuis son datacenter en Pologne. Sur ce secteur, l'éditeur compte quelques grands clients à l'international comme T-Mobile ou Vodafone.

Avec Altum, la société tente d'ajouter un second pilier à son internationalisation, en misant sur les progiciels de gestion. Une volonté d'abord sensible en Allemagne, où Comarch a racheté en 2008 un éditeur local, SoftM (500 personnes, 55 millions d'euros en 2008). Le produit de ce dernier (Semiramis), plutôt dédié aux entreprises de taille moyenne notamment industrielles, sera d'ailleurs commercialisé, lui aussi, par Comarch dans l'Hexagone.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close