2012 : le spam au plus bas depuis 5 ans

Le spam a atteint en 2012 son niveau le plus bas en 5 ans, nous apprend le dernier baromètre de l’éditeur d’outils de sécurité Kaspersky Labs.

Le spam a atteint en 2012 son niveau le plus bas en 5 ans, nous apprend le dernier baromètre de l’éditeur d’outils de sécurité Kaspersky Labs. L’année dernière, la part des pourriels dans le trafic mondial des emails est tombé à 72,1%, en recul de 8,2 de points par rapport à 2011.  Un recul « prolongé et substantiel », note Kaspersky. Le Spam a ainsi atteint des taux très bas au cours de certaines périodes de l'année, comme en novembre 2012 où sa part dans le trafic e-mail global est descendue sous la barre des 65%. Dans son rapport, Kaspersky attribue cette baisse au renforcement des outils anti-spam ainsi qu’à la présence quasi-généralisée de filtres sur les systèmes de messagerie, même gratuits. Mais surtout, la baisse du coût des campagnes d’envois de mails publicitaires aurait également poussé les spammeurs à adopter les plates-formes légales. toutefois, nuance Darya Gudkova, responsable du groupe d'analyse anti-spam chez Kaspersky Lab, « les e-mails malveillants, frauduleux ou vantant des marchandises illicites ne peuvent pas migrer simplement ou facilement vers des plates-formes légales, en raison même de leur nature criminelle intrinsèque ». Autre enseignement de cette étude, l’arrivée de la Chine au premier rang des pays sources des pourriels. L’Empire du Milieu est responsable de 19,5% des envois de courriers non sollicités, plaçant ainsi l’Asie comme le premier continent émetteur de spams. La montée en flèche des Etats-Unis (+13,5%), 2e au classement (15,6% des envois) place l’Amérique du Nord dans les 10 premières régions émettrices de spams. Enfin la part de l’Europe a fondu presque de moitié pour ne plus représenter que 15,1% du trafic en 2012.

Pour approfondir sur Menaces informatiques

- ANNONCES GOOGLE

Close