Des actionnaires réclament un milliard de dollars à HP pour l’acquisition d’Autonomy

Selon un groupe d’actionnaires mécontents menés par un investisseur néerlandais, la firme de Palo Alto aurait ignoré de nombreux signaux d’alarme lors de l’acquisition calamiteuse d’Autonomy en 2011. Un groupe d’investisseurs mené par le fonds de pension néerlandais PGGM Vermogensbeheer (PGGM Gestion d’actifs) vient d’entamer une class action (recours collectif) à l’encontre d’HP devant l’U.S. District Court de San Francisco afin d’obtenir un milliard de dollars de dédommagement.

Selon un groupe d’actionnaires mécontents menés par un investisseur néerlandais, la firme de Palo Alto aurait ignoré de nombreux signaux d’alarme lors de l’acquisition calamiteuse d’Autonomy en 2011. 

Un groupe d’investisseurs mené par le fonds de pension néerlandais PGGM Vermogensbeheer (PGGM Gestion d’actifs) vient d’entamer une class action (recours collectif) à l’encontre d’HP devant l’U.S. District Court de San Francisco afin d’obtenir un milliard de dollars de dédommagement. Ces actionnaires reprochent au premier constructeur mondial d’avoir ignoré un certain nombre de signaux d’alarme lors de l’acquisition pour 11,3 milliards de dollars de l’éditeur britannique Autonomy en 2011. Qualifiant ce dernier d’ « actif contaminé et grandement surévalué », ils citent à l’appui de leur action un certain nombre de documents. Parmi ceux-ci figurent une transaction réalisée par le Britannique en juillet 2009 avec le fournisseur de données VMS Information, déclaré en faillite en 2011. Celle-ci prévoyait l’acquisition par ce dernier de logiciels pour une valeur de 9 millions de dollars. En contrepartie Autonomy se portait acquéreur de licences auprès de VMS pour une valeur de 13 millions de dollars. Or, si la vente de logiciels à la firme new-yorkaise figure bel et bien dans les ventes d’Autonomy, l’acquisition de licences est quant à elle reléguée dans les dépenses de marketing, un poste qui n’est pas considéré comme un indicateur clé de la croissance d’une société. Selon les déclarations d’une porte-parole de Mike Lynch faites au Wall Street Journal, ce qui est considéré comme un tour de passe-passe par les plaignants est parfaitement conforme aux règles comptables en vigueur alors chez Autonomy. 

Parmi les documents fournis (une dizaine en tout) par les investisseurs mécontents figurent également différents rapports alarmants sur la situation financière de l’éditeur. L’un d’eux, adressé par l’analyste Paul Morland, du cabinet de courtage Peel Hunt, aux dirigeants d’HP faisait état de manipulations comptables. Il pointait également du doigt des taux de croissance nettement supérieurs à la moyenne, L’action judiciaire vise nommément Meg Whitman, alors membre du conseil d’administration de la société, l’ancien CEO, Leo Apotheker, l’ex-président de la société, Ray Lane (qui a démissionné de son poste le mois dernier), la directrice financière, Cathie Lesjak - tous accusé de négligence - ainsi que Mike Lynch, qui présidait alors aux destinées d’Autonomy. Sont également incriminés, Barclays Capital et Perella Weinberg Partners, les conseils mandatés par HP afin d’évaluer la situation financière et les activités l’éditeur. 

Cette plainte fait suite à celles déposées ces derniers mois par d’autres actionnaires d’HP dans le même cadre et devant la même juridiction. 

En novembre dernier, la firme de Palo Alto avait déclaré une perte de 12,6 milliards de dollars due notamment à une charge de 5 milliards de dollars imputée à la dépréciation de son activité Autonomy.

Pour approfondir sur Editeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close