Entretien avec P-A Stanislas, CTO Millesima

Au delà de l'économie de 30 % sur les coûts de fonctionnement IT, Pierre-Alexandre Stanislas, le CTO e-commerce du négociant en vins Millesima apprécie particulièrement l'adaptabilité de sa solution cloud. Qui lui permet d'envisager aujourd'hui d'intensifier l'activité internationale de la société.

L'e-commerce de grands crus s'étend au monde entier

 

 

LeMagIT.fr : Quelles sont les particularités de Millésima par rapport aux autres  - nombreux -  sites de commerce en ligne de vin ?

Pierre-Alexandre Stanislas : Millésima n'est pas un « pure player » Internet mais une ancienne maison de négoce de grands vins. La société vend de grands crus aux particuliers depuis 30 ans. La commercialisation du vin s'effectue toujours aujourd'hui sous forme multicanal : Millésima possède trois boutiques physiques à Bordeaux, Saint-Tropez et New-York, édite toujours un catalogue papier et utilise les mailings. La société a même connu le minitel … Aujourd'hui la société a fidélisé plus de 70 000 clients dans 120 pays et réalise 30 millions de chiffre d'affaires, dont 21 millions sur Internet, canal qui  capte maintenant 85 % des nouveaux clients.

L’entreprise compte une soixantaine de collaborateurs. Nous sommes six à la DSI qui, outre la partie e-commerce, gère ERP qui, lui, n'est pas externalisé.

 

LeMagIT.fr : Qui sont ces clients ?

P-A.S : Des collectionneurs de grands vins car nous ne vendons que des caisses. Il s'agit d'hommes de plus de 40 ans en général, de CSP ++. Le montant du panier moyen de nos commandes est de ce fait de 2000 euros.

 

LeMagIT.fr : Quels sont les avantages concurrentiels pour ce positionnement haut de gamme ?

P-A.S : La société achète directement aux châteaux et ne vend que les bouteilles stockées dans ses caves. Ainsi les 2,5 millions de bouteilles disponibles n'ont connu que deux chais, celui du château et celui de Millésima, et contrairement à d'autres, les bouteilles ne font pas le tour du monde avant leur acquisition par des clients.

Sept conseillers, natifs du pays qu'ils adressent, effectuent trois dégustations par semaine. Ces experts en vin ne traitent que des appels téléphoniques entrants et sont donc totalement voués au conseil.

 

LeMagIT.fr : Vos objectifs aujourd'hui en termes de stratégie ?

P-A.S : Depuis 2009, nous avons adopté une politique de contenu. Un ancien journaliste spécialiste du vin a été embauché. Il a déjà produit plus de 120 vidéos exclusives des grands domaines de Bordeaux, de Bourgogne et de Champagne visibles sur une chaîne YouTube que nous avons créée.

Notre marketing passe également par les réseaux sociaux : nous comptons 35 000 « vrais » fans sur Facebook. Notre offre reste cependant accessible par tous les canaux, on line ou off line, en même temps. Quelques-uns des plus anciens clients commandent toujours par le biais du catalogue.

Aujourd'hui, Millésima envisage une ouverture sur de nouveaux pays en Amérique du sud et en Asie. A ce titre, le fournisseur de cloud que nous avons retenu, Amazon Web Services (AWS), est très performant du fait de sa couverture mondiale. 

Au niveau de l'offre, nous souhaitons répondre aux souhaits de nos clients en leur proposant tous les grands vins du monde.

 

LeMagIT.fr : L'entreprise  a été l'une des premières à utiliser Internet. Comment a évolué l'application e-commerce ?

P-A.S : Le premier site web de Millésima date, en effet, de 1999 et la première application e-commerce a vu le jour en l'an 2000.

En 2007, quand je suis arrivé, nous étions en asp.net avec une solution propriétaire. Fin 2009, nous avons commencé à tester les premiers sites sous Magento pour les USA et, fin 2011,  l'ensemble de nos sites internet ont été basculés sous la technologie Magento.

 

LeMagIT.fr : De quels outils est composée votre solution?

P-A.S : Pour la partie logicielle, notre plate-forme aujourd'hui, c'est Magento Commerce en version Open Source du logiciel. Nous y avons ajouté un moteur de recherche Fact-Finder, un outil d'analyse Adobe Sitecatalyst, Dolist .net pour les e-mails transactionnels et l'envoi d'e-mails de masse.

Côté infrastructure cloud, aujourd'hui nous disposons de quatre serveurs frontaux, d'un serveur de base de données, d'un serveur qui ne sert qu'à l'accès back-office afin d’effectuer la mise à jour produits en interne. Nous utilisons le CDN d'Amazon, Amazon Cloudfront, qui, compte tenu de notre problématique internationale, nous permet de distribuer tous les assets statiques depuis les sept zones mondiales (Etats-Unis-Europe-Hong Kong, Corée et Singapour-Japon-Amérique du Sud-Australie-Inde).

 

LeMagIT.fr : Une infrastructure qui s’adapte au gré des besoins ?

P-A.S : Effectivement, notre application est totalement scalable. Si nous mettons en œuvre en ce moment quatre serveurs frontaux, c'est parce que nous préparons la période de Noël. C’est également le cas au moment de la commercialisation des vins primeurs, un autre temps fort de l’année. Le reste de l'année, en revanche, deux serveurs frontaux nous suffisent. Nous pouvons doubler la capacité d'accueil en à peine dix minutes.

 

LeMagIT.fr : Autres avantages du cloud mis en place ?

P-A.S : Nombreux. Tout d'abord la simplicité de mise en œuvre – qui m'a surpris moi-même ! - on effectue du « load balancing » à la souris … Ensuite bien sûr la maîtrise des coûts, directement liée, l'adaptabilité aux besoins - le passage en quelques minutes de deux à quatre frontaux - , la disponibilité de ressources incroyables et la sécurité grâce aux dispositifs de redondance et de reprise d'activité sans délai en cas de panne.

 

LeMagIT.fr : Pourquoi le choix d'Amazon ?

P-A.S : Après une mauvaise expérience avec un hébergeur classique qui m'ont permis de toucher du doigt les difficultés de l'exercice : serveurs sous dimensionnés ou au contraire surdimensionnés avec un  coût d'utilisation exorbitant, panne machine à répétition et délais de mobilisation d'un nouveau serveur (5 jours!)... nous avons mené des tests pendant 3 mois. A l'arrivée, l'offre d'infrastructure as a service proposée par AWS nous est apparue comme la plus mature pour répondre à nos exigences de coûts et de scalabilité. Les performances d’AWS au niveau mondial nous ont également intéressés puisque nous souhaitons déployer dans certaines zones, au plus près de nos clients internationaux,  nos propositions commerciales.

Ce qui nous a persuadé est qu’ AWS dispose d'un environnement de partenaires très performant en infogérance comme la société avec laquelle nous travaillons, Enovance. De plus, Amazon propose un support en français, ce qui nous a également favorablement influencé. Enfin, Amazon est le leader dans le domaine du cloud computing, ce qui a fini de nous convaincre.

 

LeMagIT.fr : Avez-vous estimé l'économie réalisée en adoptant une solution cloud ?

P-A.S : Oui, nous avons économisé 30% sur nos coûts de fonctionnement IT.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close