IBM fait « infuser » Power dans SoftLayer

A l’occasion de sa conférence Pulse 2014, IBM a annoncé l’intégration de son architecture Power à la plate-forme SoftLayer. Premier service qui en profitera : Watson.

Comme une bonne potion, IBM a décidé d’administrer Power à SoftLayer. A l’occasion de la conférence Pulse 2014, qui se tient actuellement à Las Vegas, IBM a montré à un parterre de quelque 10 000 partenaires qu’il continuait d’inscrire son architecture Power sur la feuille de route de ses technologies les plus en vogue. A savoir, SoftLayer, qui constitue désormais le socle pour le cloud public du groupe.

A la clé, Big Blue souhaite ainsi faire « infuser » - selon ses propres termes - Power dans SoftLayer et cette mixture donnera ces premiers effets sur les services analytiques, de Big Data et d’informatique cognitive proposé par Watson, au sein de la nouvelle entité annoncée par IBM au début de l’année. Cette division sera ainsi la première à bénéficier de la technologie Power Systems via la plate-forme en nuage du groupe.

Cette division Watson, dans laquelle Big Blue a prévu d’investir plus d’un milliard de dollars sur plusieurs années, vise notamment à convertir commercialement les efforts d’IBM consentis dans l’informatique cognitive et l’analytique. Basé à New York, elle rassemblera quelque 2 000 personnes. Avec un objectif conséquent : la présidente d’IBM tablerait sur 1 milliard de revenus d’ici à 2018 et quelque 10 milliards de dollars dans 10 ans,  selon le Wall Street Journal.

Pour IBM, parce que le cloud nécessite une infrastructure solide, elle reste un élément, sinon l’élément, qui compte, a rappelé en substance Tom Rosamilia, le senior vice président d’IBM Systems & Technology Group et des activités Integrated Supply Chain, à l’occasion de Pulse 2013.  Mettant en avant la nécessité d’un infrastructure optimisée pour répondre aux besoins des entreprises. Et justement, Power fait partie de cette équation, et s’inscrit dans la continuité des investissements d’IBM à porter Linux sur Power», nous a rappelé d’ailleurs Sam Werner, Directeur de Cloud Business Development au sein de la division Systems & Technology d’IBM.

Pour l’heure, il est prévu que les services proposés par la division Watson annoncée lors de son lancement soient optimisés pour Power. A savoir, les applications Saas, Watson Discovery Advisor (qui permet de découvrir des données inexplorées), et Watson Engagement Advisor (qui positionne Watson dans le domaine de la relation client). Mais également un Paas, baptisé The Watson Development Cloud, qui fournit des API ainsi qu’un SDK pour développer des applications sur Watson, explique Sam Werner.

IBM compte également proposé en mode Saas et optimisé pour Power sa brique In-Memory DB2 BLU with Acceleration ainsi que les solutions analytiques de Cognos. Enfin, Un service Iaas permettra de provisionner des Power Systems nu.
Globalement des travaux ont été réalisés sur la couche d’administration de SoftLayer. «Cela étend l’architecture du POD dans SoftLayer pour incorporer Linux tournant sur Power, explique Daniel Sabbah, directeur général et CTO des activités Next Generation Platform chez IBM.

« Les fonctions d’automatisation d’IMS (Infrastructure Management System - expose tous les services de la plate-forme SoftLayer, NDLR) ont été étendues. Il peut gérer la configuration et la reconfiguration des POD qui ont une architecture Power. En gros, il s’agit d’appliquer un nouvelle forme de moteur appliqué à une nouvelle classe de workloads », a-t-il ajouté lors d’un entretien avec la rédaction.

Evidemment, il s’agit ici d’un premier pas, car IBM confirme que d’autres de ses applications reposant sur SoftLayer seront à terme optimisées pour le monde Power. Jay Muelhoefer, responsable Platform Computing chez IBM, a confirmé que des travaux était en cours pour la IBM Platform Computing Cloud Service, un service cloud de Compute haute performance pour le Big Data et l’analytique annoncé lors de Pulse 2014. Ce service de cloud hybride permet de déporter temporairement des opérations analytiques et nécessitant du calcul intensif sur un cloud SoftLayer.
IBM n’a toutefois pas précisé quel serait le type de système Power « infusé » dans SoftLayer.

Aussi logique soit-elle, cette initiative de rapprocher Power et SoftLayer, autour du Big Data pour le moment, s’inscrit dans la stratégie d’IBM qui consiste à repositionner son architecture sur le marché. Afin d’élargir un écosystème Power en perte de vitesse, IBM s’est associé à Google, Nvidia, Mellanox Technologies et Tyan pour créer le consortium OpenPOWER dont la vocation est de proposer des licences de sa technologie afin d’en accroitre la portée. Dans cette même logique,  IBM a également ouvert, pour ses partenaires, une plate-forme cloud de développement d’applications Power. Power Development Platform, nom de la plate-forme, permet de tester et de porter des applications Linux,  AIX et IBM i  sur l’architecture du groupe. 

Pour approfondir sur Services Cloud

- ANNONCES GOOGLE

Close