Cet article fait partie de notre guide: PaaS : où en est le marché ?

Microsoft migre son IT vers Azure

Microsoft a décidé de moderniser son infrastructure en migrant une grosse partie de son IT sur sa propre plate-forme de Cloud, Azure.

Microsoft a décidé de moderniser son infrastructure en migrant une grosse partie de son IT sur sa propre plate-forme de Cloud, Azure. La raison : deux de ses datacenters sont sur le point de fermer et des milliers de serveurs sont en fin de vie (End of Life - EOL). Cette migration vers Azure fait partie d’une vision globale du groupe, selon laquelle « tout Microsoft fonctionne dans le Cloud ».

Ce projet est mené par l’équipe SDO (Service Deployment and Operation) de Microsoft IT, la division de l’éditeur qui a la charge de la gestion de l’infrastructure interne du groupe. Microsoft IT a mis en place une approche Cloud-first (priorité au cloud) en ce qui concerne les applications et les workloads. SDO a la gestion de plus de 40 000 instances d’OS, qui hébergent les applications et les services utilisés par les employés du groupe ainsi que par les partenaires extérieurs au groupe pour gérer leurs activités. Ces OS sont répartis à travers 7 datacenters.

SDO s’est retrouvé ainsi confronté à deux difficultés : des milliers de serveurs avaient atteint leur fin de vie (EOL) et il fallait faire face  la fermeture de deux datacenters du groupe d’ici les 24 prochains mois à cause d’un déclassement des sites en location.

Limiter les coûts d’une migration physique

Le remplacement du matériel en fin de vie, ainsi que le déplacement de l’infrastructure physique vers d’autres datacenters auraient coûté plus de 200 millions de dollars à Microsoft. L’équipe a donc pris la décision de migrer l’infrastructure vers Azure. Une façon pour le groupe de Redmond d’étendre un peu plus sa vision Cloud-First, un large pan de la stratégie de son nouveau CEO, Satya Nadella, aux infrastructures existantes. Jusqu’alors l’équipe IT de Microsoft utilisait Azure comme infrastructure par défaut pour les nouvelles applications.

Désormais, des évaluations sont en cours pour les applications et les workloads déjà en place en vue d’une migration vers le Cloud. « Ces efforts vont ainsi nous permettre de résoudre ce problème de serveurs en fin de vie et de fermeture de datacenters physiques », commente l’équipe IT de Microsoft dans un billet de blog officiel. Un billet qui fait d’ailleurs partie d’une série de posts dans lesquels Microsoft explique sa stratégie de modernisation de ses datacenters.

« Nous avons pour ambition d’être notre premier et meilleur client, en déployant et en testant produits et service en interne, avant de les présenter à nos clients », assure Microsoft. « Nous fermons deux de nos datacenters et cela va entrainer une accélération de la migration vers Azure et un équilibrage des charges entre nos autres datacenters. »

Concrétisation de sa vision Cloud-First, Microsoft IT a mis en place une stratégie de Cloud hybride au niveau des applications qui implique de déplacer les workloads de commodité vers un modèle Saas et de migrer les nouveaux développements et les applications modernes vers le PaaS. Les applications en place doivent également migrer vers un Iaas ou rester sur un Cloud privé.

Traduit par la rédaction

Pour approfondir sur Administration et supervision du Cloud

- ANNONCES GOOGLE

Close