Samsung veut s’imposer sur le stockage non-volatile

A l’occasion du salon Powering The Cloud de Francfort, Samsung est revenu sur ses travaux de développement de la technologie VNAND et sur les bénéfices attendus à court terme pour le monde de l’entreprise.

Déjà numéro un mondial de la mémoire vive avec 40% du marché mondial de la RAM (et 50% du marché OEM), Samsung entend aussi s’imposer sur le marché du stockage Flash d’entreprise et a récemment multiplié les annonces, avec notamment le lancement de nouvelles gammes de disques SAS et de disques PCI-e ainsi que l’arrivée d’une offre de cartes PCI-e Flash, un nouveau format pour le constructeur coréen.

A l’occasion du salon Powering the Cloud (ex Storage Networking World Europe), le constructeur a ainsi expliqué miser son futur proche sur sa technologie VNAND, qui lui permet d’empiler de multiples couches de Flash sur une même tranche de silicium. Les derniers modules de Flash VNAND du constructeur comportent ainsi 24 couches et Samsung estime qu’il produira en masse des modules avec 32 couches d’ici la fin de l’année, avec à l’horizon un objectif d’une centaine de couches.

La VNAND clé de voûte de la stratégie du groupe coréen

Comme l’a expliqué un porte-parole du constructeur, les modules VNAND actuels ont 2 fois la densité et 2 fois les performances des modules NAND comparables. Surtout, Samsung estime que leur consommation est 50% inférieure aux modules concurrents tandis que l’endurance est 10% meilleure en lecture et 3 fois meilleure en écriture. Le tout avec des prix de production environ divisés par deux.

Après avoir commercialisé de premiers SSD à base de VNAND destinés au grand public, le constructeur estime que la technologie est mûre pour le marché des entreprises et estime qu’elle devrait lui permettre de prendre une longueur d’avance sur ses principaux concurrents (Micron, Toshiba et SanDisk).

L’un des bénéfices moins avouables de la VNAND est qu’elle devrait aussi permettre au constructeur d’amortir sur une durée plus longue ses fabs. Avec l’empilement de couches, Samsung peut en effet continuer à augmenter la capacité de ses modules sans avoir à réduire la finesse de gravure. Un atout non négligeable lorsque l’on sait que sa dernière unité de production de Flash a coûté plus de 12 Md $...

Notons enfin que Samsung explique continuer à travailler sur des alternatives à la Flash et sur une convergence entre mémoire et mémoire non volatile. Le constructeur mise notamment sur la STT_MRAM pour assurer la convergence à terme entre DRAM et Flash, dans ce qu’il appelle HMC (ou Hybrid Mémory Cube)… Mais ces technologies de convergence ne devraient pas apparaître avant 2020.

Pour approfondir sur SAN et NAS

- ANNONCES GOOGLE

Close