IBM dévoile six serveurs à base de puces Power9 dont deux optimisés pour SAP HANA

Big Blue a levé le voile sur six nouvelles références de serveurs Power9 dont trois configurations généralistes capables de faire fonctionner indifféremment AIX, IBM i et Linux. Deux machines sont aussi spécifiquement optimisées pour SAP HANA et une dernière pour Linux.

Après avoir dévoilé le Power9 AC922, le premier de ses serveurs « scale-out » équipé de processeurs Power9, IBM a levé le voile sur six modèles additionnels de machines mono et bi-socket au format 2U et 4U conçues pour fonctionner sous AIX, IBM i et Linux. Deux d’entre elles se destinent en particulier au marché des appliances SAP HANA et une spécifiquement au marché Linux.

IBM, qui n’a que récemment commencé à produire ses puces Power9 a prévu deux familles de puces. Le power9 SO se destine au marché des serveurs distribués, en mode dit « scale-out. Dans les serveurs actuellement disponibles, il se décline dans des versions à 4, 8, 10 et 12 cœurs, chacun capable de faire fonctionner jusqu’à 8 threads en parallèle. La fréquence de fonctionnement des puces varie selon les modèles entre 2,9 et 4 GHz.

Une autre variante des puces Power9, le Power9 SU (pour « scale-up ») est attendue un peu plus tard dans l’année 2018 et elle motorisera la prochaine génération de serveurs NUMA du constructeur sous AIX (voir à ce propos notre article sur les processeurs Power9).

Trois nouveaux serveurs généralistes

La nouvelle famille de serveurs Power9 se compose tout d’abord de 3 modèles généralistes au format rack, capables de fonctionner indifféremment sous AIX, IBM i et Linux.

Le Power S914 (9009-41A) est un modèle 4U mono-socket capable d’accueillir un unique processeur Power9 à 4, 6 ou 8 cœurs et jusqu’à 1 To de mémoire vive (sur 16 emplacements pour mémoires DIMM). Il devrait être populaire auprès des clients IBM à la recherche d’une machine économique et il devrait aussi séduire les comptes IBM i (ex-AS/400) désireux de moderniser leur infrastructure.

Le Power S922 (ref. 9009-22A) est, quant à lui, un serveur rack 2U mono ou bi-socke. Il peut accueillir jusqu'à deux puces Power9 à 4, 8 ou 10 cœurs et dispose de 32 emplacements pour barrettes DIMM DDR-4 pour un maximum de  4 To de mémoire vive.

Enfin, le Power S924 (9009-42A) est un serveur 4U bi-socket capable d’accueillir des puces Power9 à 8, 10 ou 12 cœurs. Disposant de 32 emplacements pour barrettes DIMM, il peut accueillir jusqu’à 4 To de RAM et devrait notamment être populaire auprès des utilisateurs de bases de données et d’applications virtualisées.

Toutes ces machines embarquent un contrôleur SAS et disposent de deux ports internes NVMe pour accueillir des disques de boot. Elles sont  équipées en standard de ports Ethernet à 25 Gbit/s. Elles disposent aussi, et c'est une première, de connecteurs pour cartes PCIe de 4e génération (une technologie qui ne sera supportée par Intel que sur sa prochaine génération de processeurs). Enfin, elles sont garanties 3 ans

Des configurations optimisées pour SAP HANA et Linux

Outre ces trois configurations polyvalentes, Big Blue a choisi de décliner les Power S922 et S924 dans des versions optimisées pour HANA, la base de données in-memory de SAP. Ces deux configurations sous PowerVM, baptisées Power H922 et H924, mettent en œuvre HANA sous Linux, mais ont aussi la possibilité d’accueillir des workloads AIX ou IBM i, à condition que ces dernières n’accaparent pas plus de 25 % de la capacité du système.

Enfin, IBM a conçu une déclinaison du Power S922 optimisée pour Linux et baptisée Power L922. Cette machine reprend les caractéristiques essentielles du S922, mais peut accueillir des puces Power9 à 8, 10 et 12 cœurs, alors que le S922 n’est proposé qu’avec des puces Power9 à 4, 8 et 10 cœurs. La machine est configurée par défaut avec PowerVM et est conçue pour accueillir les principales distributions Linux du marché, dont Red Hat 7.4 , Suse 11SP4 et 12SP3 et Ubuntu 16.04.4. La cible d’IBM avec cette offre est vraisemblablement la consolidation de workloads Linux virtualisées.

Pour l’instant, IBM n’a pas communiqué sur les performances des nouveaux venus, mais la firme devrait sans doute publier des benchmarks pour mettre en avant la supériorité des systèmes Power9 sur ceux motorisés par les puces Intel Skylake-EP (Xeon Scalable Platform) avant la disponibilité commerciale des machines, prévue pour le 20 mars.

Des serveurs « officiellement » protégés contre Spectre et Meltdown

Notons, à titre anecdotique, que Big Blue met en avant le fait que ses nouveaux systèmes sont « livrés sécurisés » (c’est-à-dire protégés contre les failles Meltdown et Spectre), car ils intègrent les récentes mises à jour de microcode publiées par le constructeur ainsi que des versions à jour des différents systèmes d’exploitation.

On ne sait s’il s’agit d’un argument technique ou marketing, tant Big Blue est resté discret sur la nature de ses correctifs. A ce jour, la firme n’a documenté que sommairement ses modifications de microcode et est pour le moins restée discrète sur les contre-mesures mises en œuvre dans ses correctifs et sur leur impact en matière de performance.

Nombre d’experts estiment toutefois qu’il est impossible de se déclarer à l’abri de spectre, car la variante 1 de cette faille a une portée tellement large qu’il faudra sans doute recompiler l’ensemble des applications et composants des OS pour tenter de s’en protéger. Le « Shipped Secure » de Big Blue est donc sans doute à prendre avec un léger grain de sel.

 

 

 

 

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close