eyetronic - Fotolia

Salaires : Paris, avec des rémunérations à la baisse, est derrière San Francisco et Londres

Une étude Hired révèle d'importantes différences de niveaux de salaires entre Paris et de grandes villes américaines. Les salaires des développeurs à Paris reculent de 3,9%, à cause du recrutement de profils juniors.

Les entreprises parisiennes rechigneraient-elles à payer les chevilles ouvrières de leur transition vers le numérique ? C’est une question que l’on peut se poser à la lecture de la dernière étude réalisée par Hired, un spécialiste du recrutement des métiers technologiques. Si les entreprises à Paris affichent certes leurs ambitions dans le numérique, portées par les nouvelles technologies, le salaire moyen de professions comme les développeurs, project managers, designers et Data Scientists, reste nettement en dessous de ceux pratiqués outre-Atlantique et outre-Manche. 

Comparé à San Francisco, où le salaire moyen pour cette même population est de 142 K$, celui perçu à Paris atteint 56 K$ (48 K€) – une différence de 86 K$ ! D’une façon générale d’ailleurs, le salaire moyen à Paris est largement inférieur à celui des villes américaines pris en compte par Hired. Tout en sachant également, que les salaires proposés à Paris sont supérieurs à ceux proposés en région, le décalage est véritablement saisissant.

Ainsi le salaire moyen à Austin est de 118 K$, 129 K$ à Los Angeles, 132 K$ à Seattle, 129 K$ à New York et 117 K$ à Boston, pour n’en citer que certains. A Londres, plaque tournante européenne en matière de nouvelles technologies, le salaire ne cesse de baisser depuis 2015 pour atteindre en 2017 78 K$ -  mais au-dessus de Paris donc.

Le décalage est tout aussi présent lorsque les calculs sont effectués à niveau de vie équivalent – calé sur celui de San Francisco dont le coût de la vie est réputé exorbitant. Si Paris se hisse à 86 K$ et Londres 100 K$, le salaire ajusté moyen pour Austin et Los Angeles (ex-aequo avec Seattle) passerait à 202 K$ et 182 K$ respectivement. « Les professionnels à Austin auraient besoin d’une augmentation de 84 000 $ pour maintenir leur niveau de vie actuel à San Francisco », conclut le rapport Hired.

Baisse de 3,9% des salaires à Paris en 2017

L’autre enseignement de cette étude porte sur la structure du marché de l’emploi à Paris. Sur un marché tendu, marqué par le manque de profils - Hired comptabilise entre 5 000 et 10 000 profils tech manquants chaque année - , le salaire moyen a baissé de 3,9% en un an.

Pour Hired, cette baisse des salaires à Paris est davantage liée à une approche en matière de recrutement. Les entreprises ont recruté surtout des profils juniors que séniors.  « Au départ, les entreprises recherchent des profils séniors, mais cela reste compliqué. Elles décident alors de prendre un junior que l’on fait monter en compétence. Les entreprises commencent par rechercher un mouton à 5 pattes, puis revoient leurs exigences à la baisse, explique Antoine Garnier-Castellane, en charge des activités de Hired en France.

Ces profils sont par définition juniors car aguerris à des technologies modernes très à la pointe - mais également très récentes - dont sont friandes les entreprises. Difficile, en effet, d’avoir un profil senior sur des technologies qui ont moins de 3 ans. « Les entreprises recherchent davantage une capacité à apprendre de nouveaux framework », poursuit Antoine Garnier-Castellane. Parmi ces frameworks, ReactJS (JavaScript) est souvent une compétence listée par les entreprises – au détriment d’AngularJs qui a de moins en moins la côte.

Logiquement, ce sont les data scientists et les product managers qui voient leur salaire augmenter le plus en 2017 (+7%). Pourtant moins demandés que les développeurs Front/Back ou Full Stack (+ 26% du nombre de demandes sur ces profils depuis la plateforme Hired), les data scientists et chef de produits sont aussi plus expérimentés. Toutefois, la demande la plus forte porte sur les profils de chef d’équipe de développeurs (+ 113% en un an).

Enfin, l’alimention et les transports restent les deux secteurs qui payent le mieux leurs développeurs à Paris, résume Hired dans son rapport. Le mouvement de FoodTech est cité comme l’un des moteurs.

 

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close